Menu
 Actualités 

Je suis inquiet …

Déclaration préliminaire de Luc Humbel lors de l'Assemblée plénière de la Conférence centrale des 30 novembre et 1er décembre 2018 à Zurich

Vous savez tous qu’à la Conférence centrale nous veillons sur beaucoup de choses, au sens premier du terme. Il s’agit encore et toujours de rendre possibles et de promouvoir la vie et l’action ecclésiales. Dans l’accomplissement de cette mission, nous ne sommes pas seuls dans la mesure où ce sont les fidèles qui nous donnent les moyens de la mener à bien en acceptant de verser des impôts ecclésiastiques ou des contributions volontaires. En outre, dans le système dualiste qui est le nôtre, nous opérons de concert avec les responsables pastoraux de l’Eglise en Suisse. Qu’il faille toujours lutter pour que cette concertation ait lieu reste un sujet de préoccupation, mais celui-ci tend à être relégué à l’arrière-plan face à d’autres événements qui se sont produits dans l’Eglise ces dernières semaines et qui m’inquiètent bien plus encore.

… au vu de l’ampleur des abus sexuels commis

Je suis inquiet en constatant l’ampleur des abus sexuels dont se sont rendus coupables des prêtres, des religieux et des institutions ecclésiales au cours des décennies passées. Il est nécessaire et bon que nous appelions par leur nom ces fautes commises à large échelle et que nous faisions tout notre possible pour permettre un pardon. Un cheminement douloureux pour tous. La démarche ne sera crédible que si nous avançons dans ce champ de pierres sans nous soucier des efforts qu’elle exige de chacun de nous. Cependant, je suis préoccupé de ce que des montants accrus se révèlent nécessaires pour assurer l’indemnisation des victimes, cela en raison du nombre beaucoup plus important qu’imaginé des personnes ayant subi des abus sexuels longtemps tus et aujourd’hui prescrits. Les victimes ont droit à cet argent, mais il manquera pour soutenir d’autres cercles de personnes. Face à semblable situation, je suis d’autant plus dérangé que, dans la gestion de la crise de crédibilité que traverse l’Eglise, la recherche d’une solution globale et respectueuse de l’égalité de traitement butte sur des intérêts particuliers.

… au vu de la sortie d’Eglise de six femmes catholique engagées

Je suis inquiet parce que, la semaine dernière, six personnalités féminines ont annoncé publiquement leur choix de quitter l’Eglise catholique. Il s’agit de deux anciennes conseillères nationales Cécile Bühlmann (Verts, Lucerne) et Ruth-Gaby Vermot-Mangold (PS, Soleure), d’un ancien membre de l’exécutif de la ville de Zurich, Monika Stocker (Verts), des deux théologiennes Regula Strobel et Doris Strahm ainsi que de l’ancienne directrice de l’œuvre d’entraide catholique Action de Carême, Anne-Marie Holenstein. Même si nous sommes habitués aux sorties d’Eglise, je suis choqué par cette nouvelle. Il s’agit de personnalités totalement dévouées à l’institution et qui en défendent les valeurs avec ardeur, en particulier le devoir d’aide aux démunis. J’ai eu personnellement l’occasion de le vérifier. Ces femmes ont invoqué, à l’appui de leur démarche, la misogynie érigée en système depuis des siècles par une Eglise catholique dominée par les clercs. Certes, elles reconnaissent qu’au lendemain du Concile Vatican II, dans les années 60, certaines réformes ont été introduites au sein de l’institution et que le pape François a émis des propos plus modérés à l’endroit des divorcés ou des homosexuels. Dans la question féminine toutefois, les choses n’ont pas bougé d’un millimètre. Mais ce sera finalement l’assimilation par le pape François de tout avortement à un crime accompli par un tueur à gages qui aura constitué le facteur déclencheur de la décision de ces six femmes.

Diverses déclarations du pape François à propos de l’avortement

Il serait excessif de réduire l’explication de la décision de sortir de l’Eglise prise par ces six femmes à des propos tenus par le pape, même si, personnellement, je les juge abrupts et, partant, indéfendables. On peut faire valoir aussi que, précisément, ce même pape a adopté une position très nuancée sur la question de l’avortement et parlé d’un authentique pardon accordé dans le cadre de l’Année de la miséricorde. A cette occasion, il s’est exprimé en termes également explicites sur le dilemme des femmes elles-mêmes victimes ou lorsqu’il s’agit de mettre en balance d’autres souffrances humaines. Force est de reconnaître cependant que de loin pas tous les avortements procèdent d’une confrontation à de tels choix cornéliens et qu’il est légitime que le pape défende énergiquement la protection de la vie des enfants à naître.

Discuter ne suffit pas …

Au début de cette semaine, j’ai constaté avec irritation que les instances ecclésiales n’ont aucunement réagi à ces sorties d’Eglise. De même, le communiqué de presse publié au lendemain de la dernière assemblée ordinaire de la Conférence des évêques n’en dit mot. Néanmoins, on peut déduire d’informations publiées par les médias que des représentants de la Conférence des évêques envisagent de rencontrer ces femmes pour s’entretenir avec elles. L’initiative est louable, mais on ne saurait en rester là. Elle n’apportera à elle seule aucune réponse à l’ensemble des fidèles qui nourrissent les mêmes réticences et attentes à l’endroit de la manière dont la hiérarchie ecclésiale aborde le rôle et la position de la femme au sein de l’Eglise. Des déclarations fermes s’imposent sur l’état d’avancement de la réflexion concernant la question féminine dans l’Eglise catholique romaine et sur le sérieux avec lequel elle est menée. Ce chemin est aussi pavé d’embûches et ce, de longue date. Mais si l’on éprouve d’emblée l’impression que la démarche sera sans issue, d’autres membres de l’Eglise se résigneront à leur tour à quitter l’institution et à suivre d’autres directions.

… il faut des voies ne conduisant pas à une impasse …

Aussi, j’invite nos évêques à se comporter en éclaireurs sur ce thème important. Cela exige de rechercher des voies sûres, également dans un terrain incertain, et que l’on accompagne les membres de l’Eglise tout au long de leur cheminement. Nous sommes tous prêts à y consacrer des forces. Mais à l’instar de nombre de nos frères et sœurs en Christ, nous ne sommes pas disposés à nous engager dans un cul-de-sac. Si elle avait eu lieu plus tôt, une reconnaissance de l’égalité des sexes ainsi que du droit des femmes à participer à la discussion, à l’action et aux décisions à tous les niveaux de l’institution ecclésiale aurait certainement évité que maints fidèles, au-delà des six personnalités évoquées, fassent le choix douloureux, pour toutes les parties, de quitter l’institution.

… et l’heure est à un aggiornamento courageux

Le traitement des dossiers relatifs aux abus sexuels nous a appris qu’il est irresponsable de détourner le regard et que, lorsqu’on agit ainsi, la réalité ne manque pas de nous rattraper. Aussi, engageons-nous ensemble à faire en sorte que les problèmes persistants au sein de notre Eglise soient appelés par leur nom et pris en main concrètement. Pour nous, il est temps de se mettre en route courageusement sur la voie d’un aggiornamento. Je vous remercie d’ores et déjà de chaque pas que vous franchirez à l’échelon cantonal et de ceux qui seront réalisés par nous en tant que Conférence centrale catholique romaine de Suisse au niveau national.

Luc Humbel, président de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse
Zurich, le 1er décembre 2018



«Se lancer courageusement sur la voie d’un aggiornamento»

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des des 30 novembre et 1er décembre 2018 à Zurich

L’ampleur du phénomène des abus sexuels commis dans un contexte ecclésial au cours des dernières décennies et l’annonce de la sortie de l’Eglise de femmes catholiques engagées de notre pays ont incité le président de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Luc Humbel, à faire une déclaration solennelle devant les délégués des organisations ecclésiastiques cantonales réunis pour leur assemblée plénière. Ce discours prononcé en ouverture s’est achevé par une invitation pressante à appeler par leur nom et à aborder sans détour les problèmes qui persistent, ainsi qu’à se lancer courageusement sur la voie d’un aggiornamento. De son côté, l’oratrice invitée, la conseillère d’Etat zurichoise Jacqueline Fehr, a mis en avant d’autres réalités, à savoir l’importance des convic-tions religieuses en tant que fondement de la vie de la collectivité et les vertus du système dualiste. Lors de la partie statutaire de l’assemblée plénière, il a été décidé d’attribuer des subsides à des institutions ecclésiales pour un total de quelque 8,3 mio de francs.

Communiqué de presse du 4 décembre 2018



Nous parlons d'une voix!

Les communautés religieuses exigent davantage de protection pour les réfugiés

Les communautés religieuses représentées au sein du Conseil suisse des religions invitent leurs membres à s’engager en faveur des réfugiés. En même temps, elles en appellent à l’État et au monde politique en leur enjoignant d’assumer leurs responsabilités face aux besoins des réfugiés. Par exemple en institutionnalisant leur réinstallation. C’est la première fois que juifs, chrétiens et musulmans s’expriment d’une même voix sur la question des réfugiés. La déclaration prend donc un caractère unique et signifie un grand pas pour le dialogue interreligieux. Le projet est soutenu par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, un partenaire de longue date des communautés religieuses engagées dans le monde entier.

Déclaration interreligieuse sur les réfugiés
Flyer 5 appels pour la protection des réfugiés
Communiqué de presse, 7 novembre 2018
Photos
UNHCR : La religion, motif de fuite



Tout sauf un jeu d’enfant

Exposition et événements sur les conséquences de la guerre, des persécutions et de l’exil forcé.

Du 18 octobre au 15 décembre 2018 la plateforme Face-Migration présente l'exposition «Tout sauf un jeu d’enfant. Dialogue entre familles de réfugiés, jeunes réfugiés et adolescents» au Forum politique Berne à la Tour des prisons. L'exposition thématise les conséquences de la guerre, des persécutions et de l’exil forcé sur la première et la deuxième génération de réfugiés en Suisse. «Tout sauf un jeu d’enfant» est accompagné d’une sélection d’images issues de l’exposition «Ma vie en flash-backs» du Service ambulatoire pour victimes de la torture et de la guerre de la Croix-Rouge suisse.

L’exposition est une collaboration entre Face Migration, la Croix-Rouge suisse et le Forum politique de Berne, où la Conférence centrale est associée.

Informations complémentaires concernant l’exposition 



«A chacun de jouer sa partition» – les clés de la coopération dans le système dualiste

Document de référence pour une coordination adéquate et efficace des décisions relevant de la pastorale et de celles de nature financière dans le système dualiste.

Les tiraillements entre «l’argent et l’esprit» et l’existence parallèle d’autorités de droit public ecclésiastique et de responsables pastoraux constituent un défi permanent à relever à tous les niveaux, des petites paroisses/communes ecclésiastiques aux corporations de droit public ecclésiastique et aux diocèses de grande taille, mais aussi à l’échelon de la Conférence centrale et de la Conférence des évêques. La Conférence centrale a approuvé les recommandations émises par sa Commission du droit public ecclésiastique et du droit régissant la religion et en a autorisé la publication. Elles doivent contribuer à ce que les décisions des deux parties soient coordonnées et prennent en compte leurs rôles et compétences respectifs. Le titre «A chacun de jouer sa partition» est emprunté au monde de la musique: un orchestre ou un chœur est harmonieux lorsqu’on joue sa propre mélodie tout en écoutant les autres.

Document de référence «A chacun de jouer sa partition»



Asile dans les églises

Document de référence avec des aides à la formation de l’opinion et pistes de réflexion.

Quand bien même les circonstances de ce genre restent rares, les Eglises sont encore et toujours confrontées à la problématique de l’octroi de l’asile dans des locaux ecclésiaux. Il s’agit d’une protection accordée temporairement dans de tels lieux à des demandeurs d’asile déboutés définitivement, cela afin d’ouvrir la porte à un réexamen de leur statut par l’autorité. Ces situations soulèvent des questions juridiques et des problèmes pratiques à résoudre qui, dans le contexte catholique, impliquent l’action concertée des instances pastorales et des autorités de droit public ecclésiastique. Le document de référence élaboré par la Commission du droit public ecclésiastique et du droit régissant la religion émet des recommandations sur les points auxquels il convient de veiller dans des cas concrets et propose des pistes à suivre pour se forger une opinion sur la ligne de conduite à adopter.

Document de référence «Asile dans les églises»