Menu
Eglise etsociété » Actualités 

Corporations de droit public ecclésiastique à l’ère de la sécularisation

Rapport de la Conférence centrale pour un développement moderne du droit étatique des religions.

Dans sa stratégie et planification à moyen terme pour la période 2020-2023, la Conférence centrale a décidé de «s’engager pour que le droit étatique régissant la religion et le financement public de l’Eglise / des Eglises poursuivent une évolution en phase avec les réalités de notre temps». Comme la mutation socio-religieuse vers des changements profonds représente un prérequis sociétal pour la réglementation des rapports entre l’Etat et les Eglises, la Commission du droit public ecclésiastique et du droit de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) régissant la religion s’est penchée en détail sur ce thème.

Le présent rapport «Corporations de droit public ecclésiastique à l’ère de la sécularisation» a été rédigé sur la base de ces discussions. Il sert à d’autres réflexions et à l’élaboration de perspectives d’action.

Kosch, Daniel, Corporations de droit public ecclésiastique à l’ère de la sécularisation, Zürich 2022.



Les sorties d’Église et la question du pourquoi

Article sur le thème des sorties d'Eglise concernant des résultats inédits de l'enquête sur la langue, la religion et la culture (ELRC) de 2019

Le nombre de sorties d'Église se maintient à un niveau élevé et aucune tendance inverse ne semble se dessiner. Ainsi, 34 182 personnes sont sorties de l'Église catholique et 28 540 de l'Église évangélique réformée durant l’année 2021. Qu'est-ce qui pousse toutes ces personnes à se détourner de l'Église ? 

Tous les cinq ans, l'Office fédéral de la statistique interroge des milliers de personnes en Suisse sur des thématiques en lien avec la langue, la religion et la culture (ELRC). Des questions sur la sortie d'Église figurent également dans les données. L’institut suisse de sociologie pastorale (SPI) les a analysées dans son article « Les sorties d’Église et la question du pourquoi ».

Il ressort par exemple de notre analyse que les prises de position publiques de l'Église catholique posent problème aux personnes qui l'ont quittée (en particulier aux femmes et aux personnes d'âge moyen). Et une personne sur cinq, qui était membre de l’Église évangélique réformée, déclare n'avoir jamais eu la foi. Il est également frappant de constater que les jeunes qui ont quitté l’Église semblent avoir peu ou pas de lien à la foi. Qu'est-ce que cela signifie pour l'Église catholique et pour l'Église évangélique réformée, si la foi de la jeune génération s’étiole ou a disparu ?

Et, fondamentalement, comment les Églises traitent-elles les personnes qui s’en détournent en raison d’expériences négatives et qui perdent ainsi la foi ?

Les Églises ne semblent pas encore avoir trouvé de réponse à ces questions. Selon les statistiques actuellement disponibles, la pondération des motifs de sortir de l’Église reste à tout le moins inchangée.

Télécharger l'article « Les sorties d’Église et la question du pourquoi ».



Se former aux religions, c’est se former pour la vie

Les Églises en suisses s’engagent pour introduire une branche obligatoire « religions » dans la réforme de la maturité gymnasiale - Communiqué de presse du 26 septembre 2022

Les Églises prônent une formation de qualité aux religions : L’Église évangélique réformée de Suisse EERS, l’Église catholique-chrétienne de la Suisse ECCS, la Conférence des évêques suisses CES et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse RKZ plaident, répondent à la consultation du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche, en plaidant pour un enseignement obligatoire au gymnase qui transmette des connaissances sur les religions.

L’Église évangélique réformée de Suisse EERS, l’Église catholique-chrétienne de la Suisse ECCS, la Conférence des évêques suisses CES et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse RKZ ont participé ensemble à la consultation sur la révision de l’ordonnance sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale et de la convention administrative sur la reconnaissance des certificats de maturité.

Les Églises saluent l’orientation de base adoptée par les objectifs des filières de maturité gymnasiale ainsi que les stratégies pour les atteindre. Ainsi, il s’agit « d’encourager leur ouverture d’esprit [en parlant des élèves], leur esprit critique et leur capacité de jugement » et de « développer simultanément leur intelligence, leur volonté, leur sensibilité éthique et esthétique ainsi que leurs aptitudes physiques ». Les Églises soutiennent ces objectifs et estiment qu’ils justifieraient l’existence d’une discipline fondamentale intitulée « religions ».

Ainsi, dans leur réponse à la consultation du 20 septembre 2022, les Églises écrivent : Une telle discipline « crée les conditions nécessaires pour donner aux questions religieuses, éthiques et philosophiques l’importance qu’elles méritent, et pour interpeller et stimuler les titulaires d’un certificat de maturité sur des questions existentielles. […]. L’échange sur la religion sert la capacité de dialoguer, la cohésion sociale et le renforcement de la société civile ». Dans leur réponse, les Églises soulignent également l’importance culturelle et sociale des communautés religieuses. La discipline « religions » joue en effet « un rôle essentiel pour permettre aux jeunes de gérer de façon compétente l’éthique et la morale vécue, la liberté et les obligations, la critique et les revendications ». Il s’agit donc d’un processus de formation continue qui permettra de lutter contre le danger des attitudes fondamentalistes.

Les Églises demandent que l’ordonnance sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale prévoie la discipline « religions » de manière séparée ou combinée avec la « philosophie » comme discipline fondamentale obligatoire pour tous les élèves dans tous les cantons. Elles saluent en outre la modification proposée par le projet qui prévoit de rajouter la discipline « religions » à la liste des options spécifiques possibles.

La réponse à la consultation a été signée par la pasteure Rita Famos, présidente de l’EERS, l’évêque Harald Rein, ECCS, l’évêque Felix Gmür, président de la CES et Renata Asal-Steger, présidente de la RKZ.

Réponse à la consultation



Tendances religieuses en Suisse

Nouveaux résultats de recherche

Nés de la collaboration entre le SPI et des chercheurs des Universités de Lausanne et de Lucerne, de nouveaux résultats de recherche sur la religion, la spiritualité et la laïcité en Suisse ont été développés.

L’étude Tendances religieuses en Suisse détaille le niveau actuel de religiosité et de spiritualité en Suisse.  Les résultats s’inscrivent dans la série des études « Sonderfall » et poursuit cette tradition de recherche suisse. Le phénomène des non-religieux est désormais au centre de l’attention. Tout aussi nouvelle, la thématisation des conséquences de l’évolution du paysage religieux suisse sur les positionnements des partis politiques est largement abordée.

En bref:

  • Un bon deux tiers de la population suisse se sent appartenir à une communauté religieuse. En parallèle, le paysage religieux suisse est en évolution.
  • La religiosité ecclésiastique décline depuis des décennies. Chaque génération est un peu moins religieuse.
  • La confiance dans les Églises diminue. La tendance à la démission augmente.
  • La fidélité des croyants à leurs églises s’affaiblit dans l’ensemble.  De faibles influences religieuses s’observent à l’intérieur et à l’extérieur des Églises.
  • Les frontières entre religiosité individuelle et spiritualité deviennent floues. Les deux termes sont de plus en plus interchangeables.
  • En plus de l’appartenance religieuse, la non-religiosité est également de plus en plus familialement transmise en Suisse. 
  • Les tendances religieuses suisses se reflètent dans les préférences partisanes de la population et dans les efforts d’ajustement des partis politiques.

Les résultats de l’étude interpellent les Églises. Les tendances stables qui sont devenues visibles doivent  être traitées. Les données et les analyses détaillées fournissent des bases importantes pour cela et permettent une réévaluation et une réorientation de l’engagement ecclésial et pastoral.

Religionstrends in der Schweiz - Religion, Spiritualität und Säkularität im gesellschaftlichen Wandel
Jörg Stolz, Arnd Bünker, Antonius Liedhegener, Eva Baumann-Neuhaus, Irene Becci, Zhargalma Dandarova Robert, Jeremy Senn, Pascal Tanner, Oliver Wäckerlig, Urs Winter-Pfändler, Wiesbaden (Springer VS) 2022

L’étude est gratuitement disponible en libre accès :
Ouvrir unccess: ici
Zugang PDF: ici
Une version imprimée du livre est disponible en librairie.

De plus amples informations et brefs résumés en françaisse se trouvent ici
Pour les médias, des informations se trouvent ici



Dossier bénévolat

Le certificat de travail pour les bénévoles

Le bénévolat constitue une longue tradition de la vie ecclésiale et renforce l’ancrage dans la foi, la communauté et la société. Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse, en collaboration avec benevol Suisse, lance une nouvelle version numérique du « Dossier bénévolat ». Cet outil en ligne permet de valoriser les compétences et l’engagement des jeunes bénévoles sur le marché du travail, en leur apportant un certificat pour mettre en valeur leurs acquis.

Le site dossier-freiwillig-engagiert.ch/fr/, le générateur de dossiers ainsi que le dossier bénévolat au format papier ont été entièrement modernisés et rafraîchis. La nouvelle application permet de continuer à saisir des engagements sur la base d’une liste de seize types d’activités ecclésiales et génère le contenu d’une lettre de recommandation susceptible de représenter une authentique plus-value pour un curriculum vitæ. 

Guide rapide Dossier bénévolat : pour les organisations
Guide rapide Dossier bénévolat : pour les bénévoles



Rapport suisse pour le Synode des évèques 2023

Le rapport synodal national de l’Église catholique en Suisse est disponible.

La Conférence des évêques suisse (CES) a publié le Rapport synodal suisse, fruit de l’étape nationale du Synode mondial des évêques 2023 « Pour une Eglise synodale: communion, participation et mission ». Envoyées à Rome, les conclusions du Rapport national entreront dans le document de travail de l’étape continentale du Synode, prévue au printemps 2023.

Des préoccupations communes à la Suisse apparaissent malgré des défis pastoraux et structurels différents dans les diocèses et les régions linguistiques :

  • L'Église catholique doit devenir durablement et obligatoirement plus synodale. 
  • L'Église catholique doit s'abstenir de traiter les femmes de manière inégale.
  • L'Église catholique doit inviter et non pas exclure.
  • L'Église catholique doit élaborer une compréhension du ministère sacerdotal spécial qui a sa place dans une Église synodale.

De nombreuses autres observations et remarques sont mentionnées dans le rapport synodal national, que vous pouvez consulter ici.



[Translate to französisch:]

Lancement d’un projet pilote sur les abus dans l’Église, résultats à l’automne 2023

Communiqué de presse de la CES, de la Conférence centrale et de la KOVOS

L’Église catholique suisse se dote d’un projet pilote pour affronter un chapitre sombre : à sa demande, en effet, une équipe de recherche de l’Université de Zurich a entamé une enquête scientifique sur les abus sexuels dans le contexte de l’Église catholique. À cette fin, les archives secrètes épiscopales seront également ouvertes dans les prochains mois. Cette annonce a été faite le 4 avril 2022 lors d’une conférence de presse à Lausanne.

La Conférence des évêques suisses (CES), la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Conférence des unions des ordres religieux et autres communautés de vie consacrée (KOVOS) ont confié à Monika Dommann et Marietta Meier, professeures au Département d’histoire de l’Université de Zurich, le mandat de réaliser un projet pilote. En l’espace d’un an, l’équipe de recherche doit évaluer les conditions générales d’une étude historique des abus sexuels dans le contexte ecclésial depuis le milieu du 20e siècle et fournir ainsi des bases pour d’autres projets de recherche. Les résultats seront présentés à l’automne 2023.

Communiqué de presse des organisations mandantes CES, RKZ et KOVOS 

Communiqué de presse de l’équipe de recherche, déclarations des organisations mandantes et des organisations de personnes concernées ainsi que d’autres informations sur le projet pilote : www.abus-cath-info.ch



Travail bénévole

Nouvelle brochure éditée par l'Office fédéral de la statistique OFS sous le titre «Le travail bénévole en Suisse 2020»

En Suisse en 2020, 41% de la population résidante permanente de 15 ans et plus ont déclaré avoir effectué du travail bénévole (organisé et / ou informel) au cours des quatre dernières semaines, à savoir près de 3 millions de personnes. En moyenne, ces personnes ont accompli 4,1 heures de bénévolat par semaine. Les mesures prises pour protéger la population contre la pandémie de COVID-19 ont restreint le travail bénévole organisé (au sein d’associations ou d’organisations) en 2020. Un recul qui s’observe pour l’ensemble des groupes d’âge.

Le travail bénévole comprend les activités non rémunérées en faveur d’une organisation, d’une association ou d’une institution publique (= travail bénévole organisé) et les prestations non rémunérées fournies à titre volontaire à des ménages tiers (= travail bénévole informel).

La brochure «Le travail bénévole en Suisse 2020» propose des données chiffrées sur la participation de la population résidente âgée de 15 ans et plus à des activités bénévoles institutionnalisées ou informelles. On y trouve également des informations sur la motivation des personnes qui s’engagent ainsi gratuitement, sur le potentiel de recrutement existant, de même que sur les dons. La publication a été réalisée par l’Office fédéral de la statistique en collaboration avec la Société suisse d’utilité publique.



«On le sait bien: ceux que l’on donne pour morts vivent encore longtemps!»

Evolution de l’effectif des fidèles au sein de l’Eglise catholique ces dix dernières années et perspectives d’avenir.

Où se dirige l’Eglise catholique romaine en Suisse s’agissant du nombre de ses membres si l’on s’en réfère aux tendances observées au cours des années passées  ? C’est à ces questions que l'Institut suisse de sociologie pastorale (SPI) à répondre dans sa dernière étude consacré à l’évolution de l’effectif des membres de l’institution ecclésiale.

Tout d’abord, un dicton se vérifie: « Ceux que l’on donne pour morts vivent encore longtemps. »  Les chiffres et les pronostics établis pour l’Eglise catholique incitent à croire que l’effectif de ses membres demeurera assez stable au cours des dix prochaines années. Cependant, au vu de la diminution attendue de la part que représenteront les catholiques au sein d’une population globale en croissance, le soutien dont jouit l’Eglise au sein de la collectivité pourrait bien continuer à faiblir. A cela s’ajoute que l’impression de stabilité de l’Eglise catholique est trompeuse pour trois raisons:

  • Premièrement, les chiffres de la statistique ecclésiale mettent en évidence que les liens des membres avec l’Eglise se distendent et que la tendance à vouloir en sortir demeure forte.
  • Deuxièmement, on ignore si le phénomène migratoire tel qu’on l’a connu ces dernières années se perpétuera à l’avenir.
  • Troisièmement, le soutien accordé aux Eglises dans la population pourrait faiblir plus encore si la part que représentent leurs membres au sein d’une population en expansion continue à se réduire. Cela n’ira pas sans conséquence au niveau des attentes placées dans le rôle sociétal de l’Eglise. En outre, la part relative des membres de l’Eglise évangélique réformée au sein de la population a elle aussi diminué au cours des dernières décennies. Dès lors, le problème de la pertinence sociétale moindre commun aux deux Eglises pourrait apparaître de manière plus criante encore si l’on ne se limite pas à porter le regard uniquement sur l’évolution observée concernant la part des catholiques dans de la population résidante.

La statistique ecclésiale invite dès lors les deux grandes Eglises à examiner les choses de plus près et à agir.



Manifeste

©SRK, Susanne Goldschmied

en faveur de la promotion nationale de l’engagement bénévole

lire la suite...

Asile dans les églises

Document de référence avec des aides à la formation de l’opinion et pistes de réflexion.

lire la suite...