Menu
Eglise etsociété » Actualités 

« Avancer autrement »

Semaine nationale de formation pour l'éducation ecclésiale des adultes

FORMATIONplus, l'association faîtière œcuménique pour la formation ecclésiale des adultes, organise une semaine nationale de formation du 7 au 14 septembre 2024. Celle-ci débutera par deux événements organisés dans les régions linguistiques :

  • Suisse alémanique : le mardi 10 septembre 2024, de 16h00 à 20h00, Sihlcity, Zurich.
  • Suisse romande : le jeudi 12 septembre 2024, de 19:00 à 21:00, Centre Catholique Romand de Formations en Église à Fribourg et Jardins Divers, Église évangélique réformée du canton de Vaud, à Lausanne.

Pour terminer, une journée nationale aura lieu le samedi 14 septembre 2024, de 15h00 à 20h00, au Centre Paul Klee à Berne. En outre, de nombreux événements locaux sont organisés durant cette semaine. Vous trouverez de plus amples informations sur le site web : www.bildungswoche.ch/fr.  

Avec cette semaine de formation, plus de quarante maisons de formation, centres spécialisés et organisations ecclésiastiques rendent visible la valeur de la formation non formelle des adultes dispensée par l'Église. À l'encontre de la tendance à se retirer dans des « bulles de filtre » de personnes partageant les mêmes idées, l'éducation des adultes veut rendre les gens capables d'oser des perspectives inhabituelles, de rêver d'un monde meilleur et de relier des personnes d'univers différents.

Les nombreuses manifestations organisées visent à interpeller un public plus large et à le motiver à réfléchir à une « Avancer autrement » dans sa vie.

Communiqué de presse du 26 juin 2024



« Toujours là »

Campagne de sensibilisation en ligne du réseau bénévolat

Toujours là, ce sont les trois millions de personnes en Suisse qui s'engagent bénévolement pour notre société. Que ce soit après le travail pour l'entraînement de hockey, à midi dans les cours de langue pour les personnes réfugiées ou le samedi après-midi pour les activités scoutes - au total, plus de 600 millions d'heures sont fournies chaque année bénévolement pour la collectivité. Sans cet engagement, notre société ne fonctionnerait pas. Le bénévolat est indispensable à la Suisse et à sa cohésion !

Partagez la campagne de sensibilisation du réseau bénévolat engagé sur les médias sociaux et le hashtag #bénévolat! En outre, il est possible de créer les sujets avec votre matériel visuel. Si vous êtes intéressé(e), n'hésitez pas à contacter Aina (aina.waeber(at)sajv.ch) pour les modèles.



Nouveau Service « Éthique et société »

Communiqué de presse de la CES, de la Conférence centrale et d'Action de Carème du 29 mai 2024

La Conférence des évêques suisse, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse et Action de Carême fondent un Service commun « Éthique et société », actif dès cet automne. L’objectif du nouveau Service est de renforcer la voix de l’Église catholique romaine en Suisse dans les domaines de l’éthique sociale, de la bioéthique et de l’éthique environnementale. 

Le Service « Éthique et société » prendra position sur les questions éthiques essentielles et conseillera les institutions et organisations ecclésiales. Il sera chargé d’élaborer des informations de fond, des bases de décision, des prises de position et des documents de référence sur les votations et référendums à venir.

L’équipe du nouveau Service nouera des liens sur le plan national et international et proposera des offres et des événements pour encourager le dialogue. Du point de vue stratégique, le Service sera dirigé par un comité de pilotage composé de représentants des trois organisations faîtières et des présidentes ou présidents des Commissions « Bioéthique » et « Justice et Paix ».

La constitution du comité de pilotage et la définition des futures priorités thématiques interviendront durant le deuxième trimestre 2024.

Les responsables de ce Service souhaitent renforcer la voix de l’Église en matière d’éthique sociale auprès de l’opinion publique au moyen de publications, de travail de relations publiques et d’offres de formation.

L’éthique sociale peut apporter une contribution importante au respect de la dignité humaine, de la liberté et de l'environnement dans le monde. Elle met en lumière les contextes sociétaux, décrit les défis à relever et soulève des interrogations. Elle répond aux questions qui se posent en se basant sur la justice, la responsabilité, la durabilité, la solidarité ou la subsidiarité.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Davide Pesenti, secrétaire général de la CES
026 510 15 15, davide.pesenti(at)bischoefe.ch

Urs Brosi, secrétaire général de la RKZ
044 266 12 00, urs.brosi(at)rkz.ch

Helena Jeppesen, Responsable Coopérations Suisse Action de Carême
041 227 59 88, jeppesen(at)fastenaktion.ch



Mesures de lutte contre les abus et leur dissimulation

Premiers résultats intermédiaires : partenariats importants établis et clarifications menées pour les mesures décidées en septembre 2023

À l’avenir, les victimes d’abus sexuels pourront obtenir partout en Suisse une aide professionnelle et indépendante et demander des comptes aux auteurs. Les risques de nouveaux abus seront réduits le plus possible à tous les niveaux des institutions et la dissimulation d’actes répréhensibles sera empêchée.

Les trois organisations ecclésiales nationales suisses – la CES, la RKZ et la KOVOS – ont présenté dans un rapport intermédiaire, le 27 mai 2024, l’avancement de la mise en œuvre des mesures.

  1. À l’avenir, l’aide indépendante aux victimes sera fournie uniquement par les services d’aide aux victimes reconnus par les pouvoirs publics. Les structures internes à l’Église de signalement et de traitement des cas seront évaluées et développées avec le concours de spécialistes externes.
  2. Des examens psychologiques externes permettront de s’assurer que seules des personnes adéquates pour le ministère pastoral, en contact direct avec autrui, serviront l’Église.
  3. Des standards uniformes à l’échelon national seront appliqués pour la tenue des dossiers personnels et pour la transmission d’informations importantes concernant le personnel ecclésial. Cela permettra par exemple d’éviter des transferts suite à des comportements délictueux.
  4. Les recherches scientifiques sont poursuivies, à nouveau en collaboration avec le Séminaire historique de l’Université de Zurich. Les résultats seront présentés en 2027.
  5. Les membres des trois mandantes s’engagent à ne plus détruire de documents ou de dossiers en lien avec des cas d’abus ou documentant leur gestion.
  6. Un tribunal canonique national sera le garant d’une jurisprudence uniforme dans tous les évêchés de Suisse. Les droits de procédure des personnes concernées seront garantis. De plus, le tribunal comprendra des juristes externes à l’Église.

Avancement du projet : Traitement des abus en Suisse

Fiche d’information sur l’avancement de la mise en oeuvre des mesures



L'Église catholique en Suisse crée une Commission nationale pour la synodalité

Communiqué de presse de la CES et de la Conférence centrale du 10 avril 2024

Souhaitant davantage de participation et de communion dans l'accomplissement de sa mission, l'Église catholique en Suisse crée une "Commission synodalité". Ce nouvel organe sera mis en place pour une période d'essai limitée à cinq ans, durant laquelle il testera des formes de prise de décision synodale au niveau national.

Inspirée par l'impulsion du Pape François depuis 2021, l'Église catholique en Suisse va également promouvoir la synodalité comme style ecclésial pour les processus de décision. L'approche spirituelle consiste à associer l'écoute de l'Esprit Saint à l'écoute des personnes. Les ministres de l'Église et les fidèles – dans un processus commun – souhaitent mettre encore en lumière la signification de l'Évangile et rendre celui-ci encore plus fructueux pour la mission de l'Église.

La Conférence des évêques suisses (CES) et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) garantissent ensemble les conditions cadres de cette phase d'essai synodale. Ces deux Institutions ont adopté des statuts qui permettront à la "Commission synodalité" d'exercer son mandat et d'assumer la responsabilité stratégique. La CES et la RKZ assurent le financement du nouvel Organe, et la direction, qui doit être rattachée à l’Institut suisse de sociologie pastorale (SPI) à St-Gall.

La "Commission synodalité" sera composée de trente membres représentant les différentes régions linguistiques, les organisations de jeunes et d'adultes, la migration, les ordres religieux, la théologie scientifique et la liturgie ainsi que différents domaines de la pastorale. L'actuelle Commission pastorale de la Conférence des évêques suisses sera intégrée dans cette nouvelle Commission. Les membres seront nommés par la CES dans le courant de l'année.

Un bureau composé de cinq membres préparera les dossiers et mettra en œuvre les mandats de la nouvelle Commission.

Les tâches de la "Commission synodalité" sont multiples :

  • Organiser le processus synodal au niveau national dans le cadre de la phase d'expérimentation et d'évaluer les expériences
  • Suivre le processus synodal de l'Église universelle et le faire fructifier en Suisse
  • Faciliter la compréhension mutuelle sur les différentes visions de la synodalité et les diverses expériences de sa mise en œuvre dans les diocèses, les espaces linguistiques et la diversité post-migratoire
  • Développer et tester des formats appropriés de consultation synodale et de prise de décision
  • Élaborer des priorités pour le renouveau de l'Église catholique en Suisse, assorties de recommandations sur les démarches possibles à l'intention de la CES, de la Conférence centrale ou d'autres instances
  • Organiser, chaque année, une journée de réflexion avec la CES, la présidence de la Conférence centrale ainsi que d'autres groupements afin de réfléchir ensemble à l'état et aux perspectives de la phase d'expérimentation synodale.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Julia Moreno, responsable du Service de communication de la CES
026 510 15 25, julia.moreno@eveques.ch

Urs Brosi, secrétaire général de la RKZ
 044 266 12 00, urs.brosi@rkz.ch



©Stefan Maurer

Rétrospective avec perspective – Le cardinal, la synodalité et la Suisse

Revue par Arnd Buenker de la visite du cardinal Mario Grech en Suisse

La synodalité est exigeante. Il s’agit fondamentalement de se comprendre les uns les autres et de se mettre à l’écoute de Dieu. En Suisse, la diversité linguistique et culturelle est immense et les mentalités très différentes. Cheminer ensemble en tant qu’Église au plan national nécessite donc un grand effort de compréhension ; il y a encore beaucoup de pain sur la planche, comme l’a montré la visite en Suisse du cardinal Grech, secrétaire général du Synode. 

Vers la rétrospective



La population sans appartenance religieuse représente désormais le groupe le plus important en Suisse

Communiqué de presse de l'Office fédéral de la statistique du 26 janvier 2024

Atteignant 34%, la part de la population sans appartenance religieuse a dépassé en 2022 pour la première fois en Suisse celle des catholiques (32%). Alors que cette communauté religieuse n'a cessé de perdre de l'importance ces dernières années, comme celle des évangéliques réformés, la part de la population sans appartenance religieuse a augmenté de plus de 13 points de pourcentage depuis 2010. Dans les cantons de Bâle-Ville et de Neuchâtel, elle représente même la majorité de la population. Les personnes sans appartenance religieuse sont en moyenne plutôt jeunes - elles représentaient 42% des 25 à 34 ans en 2022. C'est ce que montrent les derniers résultats sur les religions tirés du relevé structurel de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Lire la suite...



La confiance en l’Église catholique mise à l’épreuve

Enquête sur la confiance dans l'Église catholique.

Pourquoi la confiance et la crédibilité sont d’une importance capitale pour l’Église ? Urs Winter-Pfändler, chef de projet à l'Institut suisse de sociologie pastorale à Saint-Gall (SPI), se penche sur cette question dans sa dernière étude.

Le rapport sur l’historique des abus sexuels dans l’environnement de l’Église catholique romaine en Suisse et sa réception par les médias et le public ont largement entamé la confiance envers l’Église. Il est impératif de tirer les leçons des erreurs commises et de mettre en œuvre rapidement des mesures d’amélioration. L’Église doit tout faire pour regagner la confiance perdue. Le chemin sera probablement ardu, car la confiance ne se crée pas simplement à l’aide d’une campagne de relations publiques conçue par des professionnels. Elle se construit grâce à un travail constant et minutieux.

L’Église doit donc prendre soin des personnes travaillant pour elle, que ce soit à titre bénévole ou professionnel, car elles sont les visages visibles de l’Église. Ces dernières années, elles ont dû faire front pour des ratages et autres actions tordues du passé ou qui s’étaient produits à un autre niveau.

Urs Winter-Pfändler, La confiance en l’Église catholique mise à l’épreuve, Saint-Gall, 2023



« L’Église catholique d’Allemagne a lancé un chemin de conversion et de renouvellement »

Décisions du Chemin Synodal d’Église catholique en Allemagne

C'est ainsi que commencent les statuts du Chemin synodal de l’Église catholique en Allemagne. Le présent document rassemble toutes les décisions adoptées par le Chemin synodal dans le cadre des cinq Assemblées synodales de 2020 à 2023. Les décisions sont basées sur les délibéra-tions et les travaux préparatoires des quatre forums synodaux.

Télécharger la brochure



Tendances religieuses en Suisse

Des brèves vidéos en ligne des nouveaux résultats de recherche

Les activités d’Église et les décisions pour la pastorale bénéficient d’une bonne connaissance de la situation religieuse et spirituelle. Le SPI mène des recherches à ce sujet au niveau Suisse, en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Lausanne et, depuis peu, de l’Université de Lucerne.

L’étude Tendances religieuses en Suisse détaille le niveau actuel de religiosité et de spiritualité en Suisse. Pour un bref aperçu informatif des principaux résultats, ils sont présentés dans de courtes vidéos.



Les jeunes et les Eglises

Comment les jeunes de moins de 33 ans vivent, espèrent et façonnent l'Eglise : Un autre numéro spécial de L'Illustré en collaboration avec les Eglises nationales de Suisse.

Jésus de Nazareth avait 33 ans lorsqu’il a été exécuté sur la croix, sous Ponce Pilate. Enfin, s’il s’agit d’une hypothèse probable, personne ne le sait vraiment. Même si différentes méthodes de datation indiquent à peu près cet âge. Quand il commença à enseigner publiquement et à rassembler des gens, ce fils de charpentier avait environ 30 ans. Ce ministère public aurait duré trois ans, avant d’être brutalement interrompu à Jérusalem.

Ces pages spéciales de L’illustré se demandent aujourd’hui ce qui lie les jeunes de moins de 33 ans à la foi chrétienne et à l’Eglise. Ce choix s’explique par le fait que de nombreuses personnes se tiennent à distance de leur propre foi dans le laps de temps qui va de l’enfance à la fondation d’une famille. Pour les Eglises, il est en tout cas difficile de s’adresser
aux adolescents et aux jeunes adultes.

Dans quelle direction s’engagent-ils? La foi est-elle un chemin pour eux? Que signifie pour eux la communauté ecclésiale? Vous trouverez des réponses variées dans ce supplement de L'Illustré.



« La voie synodale laisse des textes, mais surtout des traces »

Les enseignements à tirer de la voie synodale en Allemagne

En 2019, les évêques allemands et le Comité central des catholiques allemands ont invité la Conférence centrale à désigner l’un des deux observateurs de la Suisse appelés à participer à la voie synodale allemagne. Celle-ci a confié cette tâche à son ancien secrétaire général Daniel Kosch. Depuis 2020, ce dernier a participé aux cinq assemblées synodales ainsi qu’à plusieurs conférences en ligne, dont la dernière s’est déroulée du 9 au 11 mars 2023 à Francfort.

Parmi les observations retenues dans son compte-rendu final, Daniel Kosch met l’accent sur le fait que le chemin synodal n’a pas uniquement débouché sur des textes. L’éventail des résultats obtenus est en réalité bien plus vaste. On y compte la méthodologie, les bases légales (adoption de statuts et d’un règlement d’organisation), les expériences réalisées au cours du processus, les empreintes laissées non seulement chez les personnes directement impliquées et le public, mais aussi dans les organismes, les diocèses, les paroisses, les associations et les ordres religieux. Mais la démarche allemande a aussi eu un écho dans les pays environnants, à Rome et dans la communauté œcuménique. Les expériences que les personnes concernées par les abus sexuels ont vécues sur la voie synodale ont laissé des traces principalement négatives, dont on ne peut sous-estimer l’importance. Au début du processus en effet, il a été révélé que les abus ont des causes systémiques et qu’il faudra les combattre. Daniel Kosch espère sincèrement que les effets multiples déployés en Allemagne auront désormais un impact sur le processus synodal mondial.

En ce qui concerne la suite de la procédure en Suisse, le bilan esquissé par Daniel Kosch se résume en quatre points :

  1. La synodalité a besoin d’un caractère obligatoire ainsi que d’espaces et de processus dans lesquels elle peut être expérimentée et développée concrètement.
  2. Les processus synodaux doivent se pencher sur des foyers de crise et des défis importants, et conduire à des orientations pour l’avenir. Cela nécessite une concentration thématique, une compétence théologique et une focalisation sur des résultats contraignants. Les événements synodaux ponctuels et la synodalité à titre d’activité accessoire ne présentent pas une grande utilité.
  3. Parce que les grandes questions sont pour la plupart des interrogations communes, et parce qu’il est aussi question de visibilité et de transparence, l’échelon national est important pour les projets synodaux. Cela vaut aussi pour la Suisse, malgré la diversité linguistique et culturelle.
  4. La synodalité est toujours contextuelle et constitue toujours un processus d’apprentissage. Il s’agit de tirer les enseignements des expériences recueillies en Allemagne et ailleurs, mais pas de les copier. 

Daniel Kosch établit la synthèse du chemin synodal allemand dans un entretien publié sur cath.ch.



Corporations de droit public ecclésiastique à l’ère de la sécularisation

Rapport de la Conférence centrale pour un développement moderne du droit étatique des religions.

lire la suite...

Dossier bénévolat

Le certificat de travail pour les bénévoles

lire la suite...