Menu
Eglise etsociété » Actualités 

« Peu c’est mieux » - La démence, un défi pour les paroisses

Journée œcuménique nationale pour des personnes impliquées en Église dans le domaine des soins palliatifs le 26 octobre 2022 à Berne

D'ici 2050, la démence sera un méga-sujet pour notre société, pour le système de santé et pour les églises. Le nombre de personnes atteintes de démence va tripler dans le monde d'ici là. Des questions se posent donc pour la pastorale sur le terrain.

La Journée œcuménique nationale du 26 octobre 2022 pour les aumôniers et les personnes intéressées des Églises est organisée par les groupes spécialisés en soins palliatifs de la Conférence des évêques suisses (CES) et de l'Église évangélique réformée de Suisse (EERS).

Plus d'informations vous trouverez ici



[Translate to französisch:]

Lancement d’un projet pilote sur les abus dans l’Église, résultats à l’automne 2023

Communiqué de presse de la CES, de la Conférence centrale et de la KOVOS

L’Église catholique suisse se dote d’un projet pilote pour affronter un chapitre sombre : à sa demande, en effet, une équipe de recherche de l’Université de Zurich a entamé une enquête scientifique sur les abus sexuels dans le contexte de l’Église catholique. À cette fin, les archives secrètes épiscopales seront également ouvertes dans les prochains mois. Cette annonce a été faite le 4 avril 2022 lors d’une conférence de presse à Lausanne.

La Conférence des évêques suisses (CES), la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Conférence des unions des ordres religieux et autres communautés de vie consacrée (KOVOS) ont confié à Monika Dommann et Marietta Meier, professeures au Département d’histoire de l’Université de Zurich, le mandat de réaliser un projet pilote. En l’espace d’un an, l’équipe de recherche doit évaluer les conditions générales d’une étude historique des abus sexuels dans le contexte ecclésial depuis le milieu du 20e siècle et fournir ainsi des bases pour d’autres projets de recherche. Les résultats seront présentés à l’automne 2023.

Communiqué de presse des organisations mandantes CES, RKZ et KOVOS 

Communiqué de presse de l’équipe de recherche, déclarations des organisations mandantes et des organisations de personnes concernées ainsi que d’autres informations sur le projet pilote : www.abus-cath-info.ch



Travail bénévole

Nouvelle brochure éditée par l'Office fédéral de la statistique OFS sous le titre «Le travail bénévole en Suisse 2020»

En Suisse en 2020, 41% de la population résidante permanente de 15 ans et plus ont déclaré avoir effectué du travail bénévole (organisé et / ou informel) au cours des quatre dernières semaines, à savoir près de 3 millions de personnes. En moyenne, ces personnes ont accompli 4,1 heures de bénévolat par semaine. Les mesures prises pour protéger la population contre la pandémie de COVID-19 ont restreint le travail bénévole organisé (au sein d’associations ou d’organisations) en 2020. Un recul qui s’observe pour l’ensemble des groupes d’âge.

Le travail bénévole comprend les activités non rémunérées en faveur d’une organisation, d’une association ou d’une institution publique (= travail bénévole organisé) et les prestations non rémunérées fournies à titre volontaire à des ménages tiers (= travail bénévole informel).

La brochure «Le travail bénévole en Suisse 2020» propose des données chiffrées sur la participation de la population résidente âgée de 15 ans et plus à des activités bénévoles institutionnalisées ou informelles. On y trouve également des informations sur la motivation des personnes qui s’engagent ainsi gratuitement, sur le potentiel de recrutement existant, de même que sur les dons. La publication a été réalisée par l’Office fédéral de la statistique en collaboration avec la Société suisse d’utilité publique.



«On le sait bien: ceux que l’on donne pour morts vivent encore longtemps!»

Evolution de l’effectif des fidèles au sein de l’Eglise catholique ces dix dernières années et perspectives d’avenir.

Où se dirige l’Eglise catholique romaine en Suisse s’agissant du nombre de ses membres si l’on s’en réfère aux tendances observées au cours des années passées  ? C’est à ces questions que l'Institut suisse de sociologie pastorale (SPI) à répondre dans sa dernière étude consacré à l’évolution de l’effectif des membres de l’institution ecclésiale.

Tout d’abord, un dicton se vérifie: « Ceux que l’on donne pour morts vivent encore longtemps. »  Les chiffres et les pronostics établis pour l’Eglise catholique incitent à croire que l’effectif de ses membres demeurera assez stable au cours des dix prochaines années. Cependant, au vu de la diminution attendue de la part que représenteront les catholiques au sein d’une population globale en croissance, le soutien dont jouit l’Eglise au sein de la collectivité pourrait bien continuer à faiblir. A cela s’ajoute que l’impression de stabilité de l’Eglise catholique est trompeuse pour trois raisons:

  • Premièrement, les chiffres de la statistique ecclésiale mettent en évidence que les liens des membres avec l’Eglise se distendent et que la tendance à vouloir en sortir demeure forte.
  • Deuxièmement, on ignore si le phénomène migratoire tel qu’on l’a connu ces dernières années se perpétuera à l’avenir.
  • Troisièmement, le soutien accordé aux Eglises dans la population pourrait faiblir plus encore si la part que représentent leurs membres au sein d’une population en expansion continue à se réduire. Cela n’ira pas sans conséquence au niveau des attentes placées dans le rôle sociétal de l’Eglise. En outre, la part relative des membres de l’Eglise évangélique réformée au sein de la population a elle aussi diminué au cours des dernières décennies. Dès lors, le problème de la pertinence sociétale moindre commun aux deux Eglises pourrait apparaître de manière plus criante encore si l’on ne se limite pas à porter le regard uniquement sur l’évolution observée concernant la part des catholiques dans de la population résidante.

La statistique ecclésiale invite dès lors les deux grandes Eglises à examiner les choses de plus près et à agir.



La religion et la spiritualité sont en mutation en Suisse

Enquête sur la langue, la religion et la culture de l’Office fédéral de la statistique (OFS)

En 2019, plus de 70% de la population suisse a déclaré une appartenance religieuse. Un quart de la population se rend plus de cinq fois par an dans un service religieux collectif et la majorité de la population prie au moins une fois par année. Un peu plus de 8% de la population rapporte avoir été victime de discrimination en raison de son appartenance religieuse. Par rapport à 2014, l’importance de la religion ou de la spiritualité dans l’éducation des enfants a diminué, selon la seconde Enquête sur la langue, la religion et la culture.

Documents:



Manifeste

©SRK, Susanne Goldschmied

en faveur de la promotion nationale de l’engagement bénévole

lire la suite...

Asile dans les églises

Document de référence avec des aides à la formation de l’opinion et pistes de réflexion.

lire la suite...

«JE SUIS FIÈRE DE MON ENGAGEMENT»

©benevol Schweiz

Le bénévolat permet l’impossible, mais il est possible de le valoriser

lire la suite...