Menu
Médias 

Médias

Le temps presse – exigence et défi du changement climatique

Communiqué de presse concernant RKZ Focus du 5 septembre 2022 à Berne

Des impulsions concrètes pour s’engager avec crédibilité et détermination en faveur du développement durable : telle était la mission que la Conférence centrale s’était donnée pour la rencontre nationale de réseautage 2022. Au cours de différents ateliers, des décideuses et décideurs et des responsables de projet issus de l’économie, de la politique et de l’Eglise ont partagé leurs expériences avec la centaine de participant-e-s. Il en est ressorti un bilan unanime : comme les organisations ecclésiastiques for-ment une communauté sous l’égide de la Conférence centrale et agissent au-delà des frontières canto-nales, elles peuvent décupler les forces. Ce potentiel doit être encore mieux exploité à l’avenir.

Communiqué de presse du 14 septembre 2022

Documentation au sujet des ateliers, des impulsions concrètes et à la presentation de Martine Rebetez



Que ressentez-vous pour l’Eglise ? Une approche œcuménique unique pour le Jeûne fédéral

Communiqué de presse du 13 septembre 2022

Quelle est la position des Suissesses et des Suisses à l’égard de I’Eglise ? Pourquoi et comment croient-ils ? Un supplément de la Schweizer Illustrierte et de l’Illustré se penche sur ces questions à l’occasion de la Journée fédérale de repentance et de jeûne, porté conjointement par les deux grandes Eglises nationales. Des personnalités de toute la Suisse témoignent du rôle que joue l’Eglise dans leur vie. 

Claude-Inga Barbey, Daniel Koch, Jean-François Steiert. Trois personnalités représentant les nombreuses figures de l’économie, de la politique, de la culture et de la société répondent à la question épineuse « Pourquoi l’Eglise ? » du supplément du même nom. L’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin et Rita Famos, présidente de l’Eglise évangélique réformée de Suisse, cherchent dans une grande interview les points de convergence entre l’Eglise et l’Etat.

Christina Aus der Au, présidente du Conseil synodal de l’Eglise réformée de Thurgovie et Laure-Christine Grandjean, chancelière du diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg, révèlent ce que prier signifie pour elles. Le cahier spécial fournit en outre des réponses communes et spécifiques aux réformés et aux catholiques sur des questions religieuses. Il en résulte une publication riche et colorée. Elle laisse entrevoir le lien du cœur de Suissesses et de Suisses avec l’Eglise. La conception rédactionnelle a été réalisée par l’Illustré et, en Suisse alémanique, par la Schweizer Illustrierte. La Conférence centrale catholique romaine et l’Eglise évangélique réformée de Suisse ont collaboré à ce projet par-delà les frontières linguistiques, sur le plan des idées, des finances et du personnel.  

Hella Hoppe, Eglise évangélique réformée de Suisse
Daniel Kosch, Conférence centrale catholique romaine
Werner De Schepper, auteur, l’Illustré


Contact

Conférence centrale catholique romaine, T +41 44 266 12 01, daniel.kosch@rkz.ch 

Eglise évanglique réformée de Suisse, T +41 31 370 25 57, dominic.waegli@evref.ch

L’Illustré, T +41 79 668 15 41, werner.de.schepper(at)schweizer-illustrierte.ch



© Christian Merz

Une étape franchie, même si beaucoup reste à faire

Communiqué de presse de la RKZ du 18. août 2022 concernant la publication du Rapport suisse pour le Synode des évêques 2023

La publication du Rapport suisse pour le Synode des évêques et sa remise au secrétariat du Synode des évêques à Rome marquent une étape importante dans le processus synodal 2021-2023 : un nombre incalculable de discussions de groupes, de réponses à des questionnaires, de prières, de séances et d’échanges divers ont permis aux fidèles de s’écouter mutuellement et de traduire en mots l’esprit qui règne dans les paroisses. Il en ressort une brève synthèse d’une douzaine de pages.

Un état des lieux sincère et autocritique

Du point de vue d’une observatrice ou d’un observateur, le document laisse l’impression d’une description très sincère et autocritique quant à une situation globale extrêmement complexe. Il n’est pas question d’enjoliver ou de minimiser la réalité : on peine à entrevoir un domaine où les choses « tournent rond ». Il n’existe quasiment aucun champ pastoral qui enregistre une avancée dans la découverte de l’Evangile dans le monde. Nombreux sont les chantiers qui concernent non seulement l’Eglise locale, les domaines d’activité de la Conférence des évêques et les structures ecclésiales, mais aussi la doctrine de l’Eglise dans son ensemble, incluant Rome et le pape. Dans une telle situation, continuer à procéder de manière « synodale », soit à faire route ensemble, représente un défi de taille, un pari sans garantie de succès, qu’il s’agit de relever avec une confiance mutuelle et avec confiance en Dieu.

Un mandat conféré à la Conférence centrale

La Conférence centrale catholique romaine de Suisse s’entretient depuis longtemps avec la Conférence des évêques au sujet de ces questions. Elle a été impliquée dans la rédaction du rapport synodal et sa présidente, Renata Asal-Steger, a reçu les résultats de l’assemblée synodale à Einsiedeln simultanément au président de la Conférence des évêques. C’est pourquoi Renata Asal-Steger affirme : « Je comprends notamment ce rapport comme un mandat confié à la Conférence centrale. Grâce à leurs structures démocratiques, les corporations de droit public ecclésiastique peuvent contribuer à la „ prise de décisions en commun “ et étendre la coresponsabilité des femmes dans l’Eglise. » Fort de son expérience en tant qu’observateur de la Voie synodale en Allemagne et de l’évolution globale, le secrétaire général Daniel Kosch ajoute : « Si le système dual ne peut pas être reproduit tel quel dans d’autres pays, il présente toutefois des caractéristiques exemplaires, concernant p. ex. l’administration des finances ou la coopération sous forme de décisions consensuelles ». A maintes reprises, le rapport rend hommage au système dual, ce qui réjouit la Conférence centrale.

Participation des personnes laïques et réseautage avec d’autres Eglises locales durant la phase continentale

Les processus synodaux à l’échelon local, diocésain et national font désormais place à la phase continentale. A cet échelon également, il s’agit de s’écouter mutuellement, de décider ensemble et de développer des perspectives d’action : comment l’Eglise peut-elle agir en Europe ? Que peut-elle apporter à l’Eglise universelle afin d’accroître la synodalité, la crédibilité et l’attrait de l’Eglise à l’intérieur et à l’extérieur ? Selon Daniel Kosch, « Dans les rapports d’autres pays, les auteurs formulent souvent des objectifs de réforme similaires. Il importe à présent de mettre en lumière ces points communs et d’œuvrer énergiquement afin que le Synode des évêques 2023 en tienne compte. » La Conférence centrale peut soutenir la Conférence des évêques suisses sur cette question. Renata Asal-Steger précise : « Pour certains réseaux de femmes, il n’est pas concevable que seuls les évêques aient la parole à l’échelon continental et à celui de l’Eglise universelle, car cela est contraire à l’objectif fondamental de la synodalité. Le processus ne peut rester crédible et sérieux qu’à condition d’associer les femmes aux étapes suivantes ».

Nécessité de renforcer sensiblement la synodalité en Suisse aussi

Les processus diocésains, l’assemblée synodale à Einsiedeln, le 50e anniversaire du Synode 72 et la poursuite immédiate du travail au sein de plusieurs diocèses libèrent des énergies que nous devons exploiter maintenant. C’est pourquoi la Conférence centrale se félicite du fait que les évêques aient instauré un groupe de travail en vue de traiter cette thématique, en collaboration avec la Conférence centrale. Lors des prochaines séances de la présidence et de l’assemblée plénière de la Conférence centrale, il s’agira donc d’examiner le Rapport synodal de manière approfondie et de se mettre d’accord sur les prochaines étapes. En effet, comme en toute chose, les voies synodales commencent par un premier pas, suivi d’innombrables étapes ultérieures. Une phase importante est désormais achevée avec la publication du rapport synodal.

Pour tout renseignement complémentaire, prière de prendre contact avec Daniel Kosch, secrétaire général de la Conférence centrale : Tél. : 044 266 12 01, e-mail : daniel.kosch(at)rkz.ch



Cinq décennies – cinq accents

Série de vidéos consacrées à l’histoire de la Conférence centrale

[Translate to französisch:]

Lancement d’un projet pilote sur les abus dans l’Église, résultats à l’automne 2023

Communiqué de presse de la CES, de la Conférence centrale et de la KOVOS

L’Église catholique suisse se dote d’un projet pilote pour affronter un chapitre sombre : à sa demande, en effet, une équipe de recherche de l’Université de Zurich a entamé une enquête scientifique sur les abus sexuels dans le contexte de l’Église catholique. À cette fin, les archives secrètes épiscopales seront également ouvertes dans les prochains mois. Cette annonce a été faite le 4 avril 2022 lors d’une conférence de presse à Lausanne.

La Conférence des évêques suisses (CES), la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Conférence des unions des ordres religieux et autres communautés de vie consacrée (KOVOS) ont confié à Monika Dommann et Marietta Meier, professeures au Département d’histoire de l’Université de Zurich, le mandat de réaliser un projet pilote. En l’espace d’un an, l’équipe de recherche doit évaluer les conditions générales d’une étude historique des abus sexuels dans le contexte ecclésial depuis le milieu du 20e siècle et fournir ainsi des bases pour d’autres projets de recherche. Les résultats seront présentés à l’automne 2023.

Communiqué de presse des organisations mandantes CES, RKZ et KOVOS 

Communiqué de presse de l’équipe de recherche, déclarations des organisations mandantes et des organisations de personnes concernées ainsi que d’autres informations sur le projet pilote : www.abus-cath-info.ch



Etape franchie pour la Conférence centrale et la Conférence des évêques

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 26 et 27 juin 2015 à Muri (AG)

A l’instar de la Conférence des évêques suisses, la Conférence centrale de l’Eglise catholique romaine de Suisse a donné son accord à un nouveau contrat régissant leurs liens de collaboration dans le domaine de l’organisation et du financement des tâches accomplies par l’Eglise à l’échelon de la Suisse et des régions linguistiques. En outre, une augmentation de 3% des contributions versées par les organisations ecclésiastiques cantonales a été décidée. Enfin, la Conférence centrale soutiendra la commémoration des «600 ans de Nicolas de Flüe» en 2017 par un subside important et prendra une part active à des projets œcuméniques lancés pour les 500 de la Réforme.

Communiqué de presse du 29 juin 2015

«Kirchliche Aufgaben gesamtschweizerisch angehen»
Interview avec Daniel Kosch préalablement à l’assemblée plénière des 26 et 27 juin 2015 à Muri (AG)



Onglet