Menu
Media 

Media

Bild von JIN.JAE LEE auf Pixabay

Chacun d’entre nous est une petite pierre, mais ensemble nous formons une mosaïque multicolore

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 22 et 23 mars 2019 à Lucerne

Des propos positifs émis par Mgr Felix Gmür, le président de la CES, à l’endroit de la coopération au sein de l’Eglise, des résultats financiers favorables, un état de situation nuancé établi sur la pastorale des migrants et l’élection de la présidente du conseil synodal de l’Eglise zurichoise, Franziska Driessen-Reding, en tant que membre de la présidence, comptent au nombre des points réjouissants figurant au bilan de la première assemblée plénière de la Conférence centrale de l’année 2019. Malgré ces constats heureux, le président de la Conférence centrale, Luc Humbel, a mis un bémol à cet optimisme en relevant que «ses inquiétudes exprimées lors de la dernière assemblée plénière n’ont pas diminué dans l’intervalle». Mgr Felix Gmür a parlé lui aussi de «l’Eglise en butte à un vent contraire». Enfin, Bernd Nilles, directeur de l’Action de Carême, a uni sa voix à celle du pape François pour poser cette question lancinante: «Entendons-nous le cri de la terre et des pauvres?»

Communiqué de presse du 27 mars 2019



La pastorale des migrants, une chance

Communiqué de presse de 25 mars 2019 concernant le rapport «Pastorale des migrants en Suisse. Enquête sur la situation actuelle: les résultats et leur appréciation».

Environ un tiers des membres de l’Eglise catholique en Suisse sont issus de la migration, une présence qui marque de son empreinte de multiples manières la vie ecclésiale. Afin de tenir compte du multilinguisme et de la diversité culturelle qui en résultent, quelque 110 missions ou aumôneries assurent la prise en charge pastorale de ces fidèles. Chaque année, près de 21’000 services religieux sont célébrés dans plus de 20 langues étrangères et rites différents. Les fonds alloués à la pastorale des migrants s’élèvent à environ 35 millions de francs par an.

Ce ne sont là que quelques exemples des chiffres, données et informations fournis par le rapport «Pastorale des migrants en Suisse» qui est rendu accessible au public intéressé après avoir été débattu par la Conférence des évêques suisses (CES) et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (Conférence centrale). Ce document a vu le jour dans le cadre d’un projet consacré à l’avenir de la pasto-rale des migrants entrepris en commun par la CES et la Conférence centrale. Il fait le point sur la situation actuelle et en tire des conclusions à propos des ordres de préoccupation suivants:

  • Diversité de la réalité pastorale: un problème ou une chance?
  • Modèles d’avenir et évolutions possibles des missions
  • Sensibilisation des personnes actives dans la pastorale traditionnelle et dans celle des migrants
  • Focalisation du mandat de l’Office migratio sur les tâches pastorales
  • Renforcement du principe de la subsidiarité au niveau des tâches financières et administratives, et répartition plus équitable des fonds

Le rapport a été rédigé par Regula Ruflin et Samuel Wetz (tous deux travaillant au sein de socialdesign ag), Patrick Renz (directeur national de migratio) et Daniel Kosch (Conférence centrale). Ils ont été encadrés dans leur travail par un groupe de pilotage composé de collaborateurs pastoraux engagés dans la pastorale des migrants, de membres d’autorités de droit public ecclésiastique, de collaborateurs des directions dio-césaines ainsi que de représentants de la CES et de la Conférence centrale. Ce groupe de pilotage était présidé par Mgr Jean-Marie Lovey, responsable du domaine de la migration au sein de la CES.

Compte tenu de la démission de Patrick Renz annoncée pour le 31 mars 2019 et des adaptations que re-quiert la planification du projet au vu de son déroulement, tel qu’il a eu lieu jusqu’ici, la CES et la Confé-rence centrale ont décidé de dissoudre le comité de pilotage. Il convient de mettre en place une procédure aussi efficace que possible pour le traitement des questions qui restent encore à clarifier et d’assurer diffé-remment la participation des intéressés à ces travaux.

A la fin de la dernière séance du comité de pilotage tenue le 13 mars 2019, l’évêque compétent, Mgr Jean-Marie Lovey, a exprimé sa gratitude à tous les participants, notamment à Patrick Renz, le directeur national de migratio sortant. A ses yeux, «le mérite le plus important du travail accompli est d’avoir suscité une prise de conscience et fourni la démonstration que la participation de nombreux migrantes et migrants à la vie ecclésiale contribue grandement à stimuler et diversifier celle-ci ainsi qu’à toucher de plus près la réali-té de l’Eglise universelle». Mgr Jean-Marie Lovey a conclu par ces mots: «Si l’on réussit à intensifier la coexistence entre fidèles indigènes et immigrés et à rendre leur cohabitation plus valorisante, la pastorale des migrants représente une grande chance pour l’Eglise catholique en Suisse.»

Regula Ruflin, Samuel Wetz, Patrick Renz et Daniel Kosch (2018). «Pastorale des migrants en Suisse. Enquête sur la situation actuelle: les résultats et leur appréciation», socialdesign, sur mandat du Conseil de coopération de la CES et de la Conférence centrale, Berne.

Téléchargement du rapport



«Se lancer courageusement sur la voie d’un aggiornamento»

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des des 30 novembre et 1er décembre 2018 à Zurich

L’ampleur du phénomène des abus sexuels commis dans un contexte ecclésial au cours des dernières décennies et l’annonce de la sortie de l’Eglise de femmes catholiques engagées de notre pays ont incité le président de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Luc Humbel, à faire une déclaration solennelle devant les délégués des organisations ecclésiastiques cantonales réunis pour leur assemblée plénière. Ce discours prononcé en ouverture s’est achevé par une invitation pressante à appeler par leur nom et à aborder sans détour les problèmes qui persistent, ainsi qu’à se lancer courageusement sur la voie d’un aggiornamento. De son côté, l’oratrice invitée, la conseillère d’Etat zurichoise Jacqueline Fehr, a mis en avant d’autres réalités, à savoir l’importance des convic-tions religieuses en tant que fondement de la vie de la collectivité et les vertus du système dualiste. Lors de la partie statutaire de l’assemblée plénière, il a été décidé d’attribuer des subsides à des institutions ecclésiales pour un total de quelque 8,3 mio de francs.

Communiqué de presse du 4 décembre 2018



Je suis inquiet …

Déclaration préliminaire de Luc Humbel lors de l'Assemblée plénière de la Conférence centrale des 30 novembre et 1er décembre 2018 à Zurich

Vous savez tous qu’à la Conférence centrale nous veillons sur beaucoup de choses, au sens premier du terme. Il s’agit encore et toujours de rendre possibles et de promouvoir la vie et l’action ecclésiales. Dans l’accomplissement de cette mission, nous ne sommes pas seuls dans la mesure où ce sont les fidèles qui nous donnent les moyens de la mener à bien en acceptant de verser des impôts ecclésiastiques ou des contributions volontaires. En outre, dans le système dualiste qui est le nôtre, nous opérons de concert avec les responsables pastoraux de l’Eglise en Suisse. Qu’il faille toujours lutter pour que cette concertation ait lieu reste un sujet de préoccupation, mais celui-ci tend à être relégué à l’arrière-plan face à d’autres événements qui se sont produits dans l’Eglise ces dernières semaines et qui m’inquiètent bien plus encore.

… au vu de l’ampleur des abus sexuels commis

Je suis inquiet en constatant l’ampleur des abus sexuels dont se sont rendus coupables des prêtres, des religieux et des institutions ecclésiales au cours des décennies passées. Il est nécessaire et bon que nous appelions par leur nom ces fautes commises à large échelle et que nous faisions tout notre possible pour permettre un pardon. Un cheminement douloureux pour tous. La démarche ne sera crédible que si nous avançons dans ce champ de pierres sans nous soucier des efforts qu’elle exige de chacun de nous. Cependant, je suis préoccupé de ce que des montants accrus se révèlent nécessaires pour assurer l’indemnisation des victimes, cela en raison du nombre beaucoup plus important qu’imaginé des personnes ayant subi des abus sexuels longtemps tus et aujourd’hui prescrits. Les victimes ont droit à cet argent, mais il manquera pour soutenir d’autres cercles de personnes. Face à semblable situation, je suis d’autant plus dérangé que, dans la gestion de la crise de crédibilité que traverse l’Eglise, la recherche d’une solution globale et respectueuse de l’égalité de traitement butte sur des intérêts particuliers.

… au vu de la sortie d’Eglise de six femmes catholique engagées

Je suis inquiet parce que, la semaine dernière, six personnalités féminines ont annoncé publiquement leur choix de quitter l’Eglise catholique. Il s’agit de deux anciennes conseillères nationales Cécile Bühlmann (Verts, Lucerne) et Ruth-Gaby Vermot-Mangold (PS, Soleure), d’un ancien membre de l’exécutif de la ville de Zurich, Monika Stocker (Verts), des deux théologiennes Regula Strobel et Doris Strahm ainsi que de l’ancienne directrice de l’œuvre d’entraide catholique Action de Carême, Anne-Marie Holenstein. Même si nous sommes habitués aux sorties d’Eglise, je suis choqué par cette nouvelle. Il s’agit de personnalités totalement dévouées à l’institution et qui en défendent les valeurs avec ardeur, en particulier le devoir d’aide aux démunis. J’ai eu personnellement l’occasion de le vérifier. Ces femmes ont invoqué, à l’appui de leur démarche, la misogynie érigée en système depuis des siècles par une Eglise catholique dominée par les clercs. Certes, elles reconnaissent qu’au lendemain du Concile Vatican II, dans les années 60, certaines réformes ont été introduites au sein de l’institution et que le pape François a émis des propos plus modérés à l’endroit des divorcés ou des homosexuels. Dans la question féminine toutefois, les choses n’ont pas bougé d’un millimètre. Mais ce sera finalement l’assimilation par le pape François de tout avortement à un crime accompli par un tueur à gages qui aura constitué le facteur déclencheur de la décision de ces six femmes.

Diverses déclarations du pape François à propos de l’avortement

Il serait excessif de réduire l’explication de la décision de sortir de l’Eglise prise par ces six femmes à des propos tenus par le pape, même si, personnellement, je les juge abrupts et, partant, indéfendables. On peut faire valoir aussi que, précisément, ce même pape a adopté une position très nuancée sur la question de l’avortement et parlé d’un authentique pardon accordé dans le cadre de l’Année de la miséricorde. A cette occasion, il s’est exprimé en termes également explicites sur le dilemme des femmes elles-mêmes victimes ou lorsqu’il s’agit de mettre en balance d’autres souffrances humaines. Force est de reconnaître cependant que de loin pas tous les avortements procèdent d’une confrontation à de tels choix cornéliens et qu’il est légitime que le pape défende énergiquement la protection de la vie des enfants à naître.

Discuter ne suffit pas …

Au début de cette semaine, j’ai constaté avec irritation que les instances ecclésiales n’ont aucunement réagi à ces sorties d’Eglise. De même, le communiqué de presse publié au lendemain de la dernière assemblée ordinaire de la Conférence des évêques n’en dit mot. Néanmoins, on peut déduire d’informations publiées par les médias que des représentants de la Conférence des évêques envisagent de rencontrer ces femmes pour s’entretenir avec elles. L’initiative est louable, mais on ne saurait en rester là. Elle n’apportera à elle seule aucune réponse à l’ensemble des fidèles qui nourrissent les mêmes réticences et attentes à l’endroit de la manière dont la hiérarchie ecclésiale aborde le rôle et la position de la femme au sein de l’Eglise. Des déclarations fermes s’imposent sur l’état d’avancement de la réflexion concernant la question féminine dans l’Eglise catholique romaine et sur le sérieux avec lequel elle est menée. Ce chemin est aussi pavé d’embûches et ce, de longue date. Mais si l’on éprouve d’emblée l’impression que la démarche sera sans issue, d’autres membres de l’Eglise se résigneront à leur tour à quitter l’institution et à suivre d’autres directions.

… il faut des voies ne conduisant pas à une impasse …

Aussi, j’invite nos évêques à se comporter en éclaireurs sur ce thème important. Cela exige de rechercher des voies sûres, également dans un terrain incertain, et que l’on accompagne les membres de l’Eglise tout au long de leur cheminement. Nous sommes tous prêts à y consacrer des forces. Mais à l’instar de nombre de nos frères et sœurs en Christ, nous ne sommes pas disposés à nous engager dans un cul-de-sac. Si elle avait eu lieu plus tôt, une reconnaissance de l’égalité des sexes ainsi que du droit des femmes à participer à la discussion, à l’action et aux décisions à tous les niveaux de l’institution ecclésiale aurait certainement évité que maints fidèles, au-delà des six personnalités évoquées, fassent le choix douloureux, pour toutes les parties, de quitter l’institution.

… et l’heure est à un aggiornamento courageux

Le traitement des dossiers relatifs aux abus sexuels nous a appris qu’il est irresponsable de détourner le regard et que, lorsqu’on agit ainsi, la réalité ne manque pas de nous rattraper. Aussi, engageons-nous ensemble à faire en sorte que les problèmes persistants au sein de notre Eglise soient appelés par leur nom et pris en main concrètement. Pour nous, il est temps de se mettre en route courageusement sur la voie d’un aggiornamento. Je vous remercie d’ores et déjà de chaque pas que vous franchirez à l’échelon cantonal et de ceux qui seront réalisés par nous en tant que Conférence centrale catholique romaine de Suisse au niveau national.

Luc Humbel, président de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse
Zurich, le 1er décembre 2018



Supermarché ou traiteur? Quel profil pour l’Eglise?

Communiqué de presse concernant RKZ Focus de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse du 10 septembre 2018 à Berne

Objet de critiques ouvertes, l’Eglise catholique romaine est appelée à répondre à des attentes multiples. Au travers de quelle offre parviendra-t-elle à satisfaire les besoins de la société? Comment conservera-t-elle sa crédibilité tout en gagnant en visibilité? «La diversité et le fait de vivre avec des différences ne trahissent pas un manque de profil. Au contraire, ce sont là des caractéristiques essentielles de l’identité de l’institution ecclésiale», affirma Luc Humbel, président de la Conférence centrale, dans son discours introductif prononcé lors de la manifestation annuelle à but de réseautage de celle-ci à Berne. Pour le sociologue René Knüsel, la gestion de la diversité est une compétence clé qui permettra à l’Eglise de demain d’aiguiser son profil et d’attirer des personnes en son sein. A la condition, toutefois, qu’elle conçoive la diversité comme une richesse et qu’elle se confronte aux questions sensibles.

Communiqué de presse du 18 septembre 2018
Galerie de photographies
Programme

«L’opportunité de la sécularisation», selon René Knüsel - article sur cath.ch



Foto: Paul Menz

Enthousiasme, conscience des responsabilités et sens de l’équité

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 22 et 23 juin 2018 à Arlesheim (BL)

L’assemblée plénière de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (Conférence centrale/RKZ) des 22 et 23 juin 2018 a porté la marque de la visite du pape François à Genève intervenue le jour précédent. La forte participation à la messe pontificale et le déroulement heureux de cet événement d’envergure ont constitué autant de raisons de se réjouir et de vouloir contribuer à la couverture des coûts qu’il a engendrés. Par ailleurs, au cours de cette réunion, Stefan Müller (GL) a été élu au sein de la présidence de la Conférence centrale. Une proposition d’allouer une contribution de siège pour le financement du secrétariat du Conseil des conférences épiscopales européennes (CCEE) à Saint-Gall a été approuvée à l’issue d’un débat serré. En revanche, ce fut beaucoup plus facilement que les délégués donnèrent leur feu vert à une prise de position de fond sur la cohabitation entre responsables pastoraux et instances de droit public ecclésiastique dans le système dualiste propre à l’Eglise catholique en Suisse. De même, un document consacré au processus de formation de l’opinion face aux cas d’asile dans les églises a été bien accueilli.

Communiqué de presse du 27 juin 2018



La dimension spirituelle répond à un besoin dans le monde de la santé

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 16 et 17 mars 2018 à Schaffhouse

Lors de son assemblée plénière des 16 et 17 mars 2018, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (Conférence centrale/RKZ) a accordé une place importante au sort réservé à l’aumônerie hospitalière dans le contexte des évolutions complexes caractérisant le secteur de la santé. «En des temps où la médecine redécouvre la valeur de la religion et de la spiritualité, les Eglises sont confrontées à un défi: former des aumôniers d’hôpitaux aptes à assumer leur tâche avec compétence dans un univers où de multiples professions sont appelées à interagir», a expliqué la doctoresse Marie-Denise Schaller, spécialiste des soins intensifs. De son côté, Simon Peng-Keller, professeur de Spiritual Care, a exprimé son avis selon lequel «non seulement des théologiens au bénéfice d’une formation complète, mais encore des professionnels des soins ayant suivi une formation théologique succincte pourraient assister, en qualité de représentants officiels de l’Eglise, des personnes en quête de consolation et de soutien moral.

Communiqué de presse du 22 mars 2018



Benno Schnüriger

Jalons posés pour les prochaines années

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 1/2 décembre 2017 à Zurich

Lors de son assemblée plénière des 1er et 2 décembre 2017, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (Conférence centrale/RKZ) a défini le cadre dans lequel s’inscrira son action au cours des prochaines années, qu’il s’agisse des personnes engagées en son sein, des aspects financiers ou de sa collaboration avec la Conférence des évêques suisses (CES). Par ailleurs, au vu des fonds limités à disposition – ou, justement, à cause de cette réalité – la Conférence centrale a décidé de ménager une marge de manœuvre pour des projets d’importance majeure et des innovations. «Ces moyens doivent offrir la possibilité d’entreprendre des changements. Il convient de permettre à l’Eglise de prouver, au-delà des déclarations d’intention, qu’elle est capable de se renouveler», explique le président de la Conférence centrale, Luc Humbel. Dans un proche avenir également, la pastorale des migrants et la mise en place d’un monitoring du financement de l’Eglise à l’échelon cantonal occuperont le devant de la scène.

Dans le cadre du programme proposé pour la soirée du vendredi précédant l’assemblée plénière, les délégués ont été invités à se rendre à l’église Dreikönigen à Zurich-Enge pour y écouter un concert donné spécialement à leur intention par le «Combo Dreikönigen». Ce groupe de musiciens, dont la fondation remonte à plusieurs années, compte dans ses rangs un contrebassiste en la personne de Benno Schnüriger (photo), président du conseil synodal zurichois et membre de la présidence de la Conférence centrale.

Communiqué de presse du 7 décembre 2017 



Une présence plus forte sur la scène politico-sociale

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 23/24 juin 2017 à Sarnen (OW)

La nouvelle organisation de soutien du Forum politique Käfigturm dans la ville fédérale pourra désormais compter sur l’appui de la Conférence centrale. Dans le domaine de la pastorale des migrants, un concept global favorisera une cohabitation plus étroite entre «indigènes» et immigrés. Enfin, les flux financiers seront désormais nettement simplifiés. Ce sont là trois décisions importantes prises par les délégués de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) lors de son assemblée plénière de juin. En outre, une élection complémentaire à la présidence de la Conférence centrale a permis que la Suisse romande soit à nouveau représentée au sein de cet organe.

Communiqué de presse du 3 juillet 2017

Légende (de gauche à droite):
Beat Hug, Directeur du secrétariat de l'association «600 ans de Nicolas de Flüe» 
Franz Enderli, Conseiller d'Etat du canton d’Obwald et Président de l'association «600 ans de Nicolas de Flüe» 
Albert Gasser, Prof. Dr. ém. et membre du conseil consultatif scientifique «Mehr Ranft»



© Sabine Rüthemann

Offrir les moyens d’innover et de définir des objectifs prioritaires malgré une marge de manoeuvre financière limitée

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 24 et 25 mars 2017 à Saint-Gall

L’assemblée plénière de la Conférence centrale, tenue à Saint-Gall à fin mars 2017, s’est penchée principalement sur la question des possibilités qu’il y a de fixer des priorités et de relever de nouveaux défis en collaboration avec les évêques, cela sans augmenter les moyens financiers disponibles. L’allocution de bienvenue du président du Conseil d’Etat et l’accueil chaleureux réservé par Mgr Markus Büchel dans la salle des fêtes de la résidence épiscopale ont révélé l’estime dans laquelle est tenu l’engagement des corporations de droit public ecclésiastique pour le bien de l’Eglise et de la collectivité.

Communiqué de presse du 29 mars 2017

Légende (de gauche à droite):
Martin Schmidt, Président du conseil de l'Eglise évangélique réformée du canton de St-Gall 
Markus Büchel, Evêque de St-Gall
Claudius Luterbacher, Chancelier de la diocèse de St-Gall 
Luc Humbel, Président de la Conférence centrale
Andreas Kley, Professeur de l'Université de Zurich et intervenant à l'assemblée plénière de la Conférence centrale 



Heureux aboutissement des pourparlers sur les nouvelles modalités de la collaboration entre la CES et la Conférence centrale

Communiqué de presse commun CES-Conférence centrale du 7 décembre 2016

Au cours des années 2015 et 2016, la Conférence des évêques suisses et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse ont mené d’intenses négociations en vue de l’adoption d’un nouveau régime de collaboration. A cette occasion, les documents suivants ont pu être signés: une convention réglant la collaboration, un contrat de cofinancement, un règlement d’organisation ainsi qu’une convention régissant le subventionnement de la CES par la Conférence centrale.

L’approbation de la Convention de subventionnement CES-Conférence centrale, qui a pour but de créer les conditions financières devant permettre à la CES, à son secrétariat général et à ses autres organismes d’accomplir leurs tâches et de définir les droits et obligations que cela entraîne pour les deux partenaires, marque l’heureux aboutissement de ces pourparlers.

Les règles désormais applicables conféreront aux liens de collaboration un caractère plus contraignant et seront garantes d’une transparence accrue. Elles permettront la clarification de questions de fond intéressant les deux partenaires ainsi qu’une coopération respectueuse de leurs compétences spécifiques dans le cadre de la procédure de cofinancement des tâches pastorales exercées à l’échelon national et à celui des régions linguistiques. En outre, dans le prolongement de ces nouvelles réglementations, les flux financiers actuels ont été simplifiés afin de renforcer la transparence et le pilotage de l’affectation des moyens disponibles pour ces niveaux.

Grâce notamment à la compétence avec laquelle ces pourparlers ont été conduits par le professeur Jürg Krummenacher, il a suffi aux délégations aux négociations de se réunir à huit reprises seulement pour traiter des questions complexes et dégager des solutions acceptées de part et d’autre. La CES et la Conférence centrale lui expriment leur gratitude pour l’engagement dont il a fait montre.

L’année 2017 sera consacrée essentiellement à la préparation et à la mise en route des nouvelles structures et procédures. Les règles destinées à régir le cofinancement seront applicables dès le 1er janvier 2018.

Fribourg et Zurich, le 7 décembre 2016

Erwin Tanner, secrétaire général de la CES
Daniel Kosch, secrétaire général de la Conférence centrale


Les nouveaux documents adoptés pour téléchargement:
Convention réglant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale
Règlement d’organisation régissant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale
Contrat de cofinancement CES-Conférence centrale
Convention régissant le subventionnement de la CES par la Conférence centrale


Conférence des évêques suisses | Rue des Alpes 6 | 1701 Fribourg | Tél. 026 510 15 15 | secretariat@eveques.ch
Conférence centrale catholique romaine de Suisse | Hirschengraben 66 | 8001 Zurich | Tél. 044 266 12 00 | info@rkz.ch



© 2015 Sylvia Stam

«Bien des choses fonctionnent aujourd’hui parce qu’en amont, on a eu le courage d’entreprendre»

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 25 et 26 novembre 2016 à Zurich.

L’assemblée plénière d’automne de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) a dé-buté par une visite du Katholisches Medienzentrum à Zurich proposée aux délégués cantonaux. Quant à l’ordre du jour, il avait pour objets principaux le soutien financier d’une bonne quarantaine d’institutions et projets pastoraux pour un total de 8,4 millions de francs, la troisième réforme de l’im-position des entreprises, le nouveau régime de la collaboration entre la CES et la Conférence cen-trale, les fondations ecclésiastiques ainsi que l’avenir de la pastorale au sein d’une Eglise et d’une société marquées par les phénomènes de la migration et de la mobilité.

Communiqué de presse du 28 novembre 2016



La Conférence des évêques et la Conférence centrale à une même table

Communiqué de presse commun CES-Conférence centrale du 20 septembre 2016

Avec la première séance du Conseil de coopération nouvellement institué, qui s’est tenue le 14 septembre 2016, la Conférence des évêques suisses (CES) et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) ont ouvert un nouveau chapitre dans leurs rapports de collaboration.

Pour la première fois, l’Eglise catholique en Suisse dispose d’un organisme à l’échelon national chargé de la collaboration en matière stratégique. Il est appelé à créer les conditions devant permettre à la CES et à la Conférence centrale de développer des positions communes sur des questions intéressant les deux partenaires, de parler d’une seule voix face au public et de réagir sans retard aux évolutions qui se produisent.

En outre, le Conseil de coopération veillera à ce qu’à l’avenir les objectifs et priorités pastoraux définis par la CES soient en harmonie avec la planification financière de la Conférence centrale s’agissant du cofinancement des tâches pastorales. Parallèlement, il préparera les décisions concernant le financement de la Conférence des évêques, de son secrétariat général et de ses organismes internes.

Lors de cette séance inaugurale, il s’agissait de se mettre ensemble face à ces nouvelles tâches. Au cœur de la discussion se trouvaient les bases contractuelles nouvellement adoptées ainsi que les dispositions d’exécution de celles-ci. Le Conseil de coopération a discuté en détail de la question de savoir comment on pourrait parvenir à formuler à bref délai les priorités pastorales de sorte qu’elles servent effectivement au pilotage de l’affectation des moyens financiers disponibles.

Par ailleurs, des défis communs actuels ont été abordés, tel l’avenir de migratio et de la pastorale des migrants en général ou l’engagement de l’Eglise catholique dans le contexte de la célébration du 500e anniversaire de la Réforme. D’autres sujets méritant d’être discutés et traités ont également été cités. En bref, il s’agit notamment de la poursuite du développement du droit étatique régissant la religion et des débats autour de l’avenir du service public dans le domaine des médias, lequel revêt une importance cruciale pour les Eglises, et ce, pas uniquement à cause des émissions religieuses diffusées à la radio et à la télévision.

Qu’à la fin de la rencontre il ait été possible, malgré des agendas très chargés, de fixer d’ores et déjà le calendrier des séances au cours des deux prochaines années est révélateur du poids important qu’attachent les représentants de la CES et de la Conférence centrale à la nouvelle forme de collaboration instaurée.

Membres du Conseil de coopération:
CES: Mgr Charles Morerod, président, Mgr Felix Gmür, vice-président, Mgr Markus Büchel, président de la Commission paritaire de planification et de financement, et Erwin Tanner, secrétaire général.
Conférence centrale: Luc Humbel, président, Renata Asal-Steger, vice-présidente, Thomas Franck, membre de la Commission paritaire de planification et de financement, et Daniel Kosch, secrétaire général.


Contrat pour le cofinancement CES-Conférence centrale du 11 décembre 2015

Convention réglant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale

Rapport de synthèse concernant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale



Rencontre de la présidence de la Conférence centrale avec le nonce, Mgr Thomas E. Gullickson

Communiqué de presse concernant la rencontre entre le nonce et la présidence de la Conférence centrale du 23 août 2016

Le 23 août dernier, le nonce apostolique en Suisse, l’archevêque Thomas E. Gullickson, s’est joint à une partie d’une séance de la présidence de la Conférence centrale. Les objectifs assignés à cette première ren-contre étaient de faire connaissance avec le nonce, de lui fournir des informations au sujet de la Conférence centrale et de son activité au service de l’Eglise et de la société, et, enfin, de procéder avec lui à un échange de vues.

Ouverture et simplicité

La discussion a été très ouverte et empreinte de simplicité. Des questions touchant la collaboration entre la Conférence des évêques suisses et la Conférence centrale, ainsi que la mission de cette dernière considé-rée dans le contexte des compétences propres de tout évêque au sein de son diocèse ont été évoquées. La discussion a porté également sur les rapports entre l’Eglise catholique et l’Etat en Suisse – cela par com-paraison avec les expériences faites à ce propos par le nonce dans d’autres pays – ainsi que sur les ap-proches différentes du droit public ecclésiastique et du rôle des corporations au gré des conceptions cano-niques et théologico-ecclésiales en la matière. Mgr Thomas E. Gullickson est favorable, quant à lui, à une attitude pragmatique: à ses yeux, il convient de tirer le meilleur parti possible des règles que l’Etat institue.

La Conférence centrale: «meilleure qu’imaginée»

A la fin de l’entretien, le nonce a encouragé la Conférence centrale à poursuivre sur la voie de la collabora-tion avec la Conférence des évêques, même si cela n’est pas simple. Ses propos se sont achevés par cette remarque: «L’image que je nourrissais de la Conférence centrale ne s’est aucunement révélée pire que celle que j’avais au départ. Les choses se sont mieux passées que je l’imaginais.»



Simplification des flux financiers au profit d’une amélioration de la transparence et du pilotage de l’allocation des fonds

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 24 et 25 juin 2016 à Vevey (VD).

Dès 2018, les fonds des organisations ecclésiastiques cantonales destinés au financement des institutions ecclésiales actives à l’échelon des régions linguistiques seront versés au travers d’un seul canal, à savoir le cofinancement de la Conférence centrale. Emboîtant le pas à la Conférence des évêques suisses, les délégués à la Conférence centrale ont approuvé cette simplification du mode de subventionnement. Lors de leur assemblée plénière à Vevey, ils ont également traité du système de milice et arrêté l’allocation de subsides pour le soutien de l’engagement de l’Eglise dans le domaine des soins palliatifs ainsi que de projets liés à la célébration des 500 ans de la Réforme.

Communiqué de presse du 30 juin 2016



© Blick, Peter Gerber

L’afflux de réfugiés et la réforme de la fiscalité des entreprises au menu des discussions de la Conférence centrale

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 18 et 19 mars 2016 à Gerzensee (BE).

L’assemblée plénière de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse des 18 et 19 mars 2016, réunie à Gerzensee (BE), s’est penchée sur deux sujets politiques d’une actualité brûlante qui concer-nent également de près les Eglises, à savoir l’arrivée massive de réfugiés et la troisième réforme de l’imposition des entreprises. Le nouveau régime du financement des tâches pastorales et la collabora-tion avec la Conférence des évêques dans ce domaine ont constitué également un thème de discussion important.

Communiqué de presse du 19 mars 2016



Un nouveau président élu à la tête de la Conférence centrale

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 27 et 28 novembre 2015 à Zurich.

Lors de sa dernière assemblée plénière de la période de mandat en cours, la Conférence centrale a élu Luc Humbel (AG) en qualité de président pour les deux prochaines années. Par ailleurs, la présidence de la Conférence centrale comptera deux vice-présidentes, ce pour la première fois. Les décisions relatives au cofinancement des tâches pastorales subventionnées à l’échelon national – une manne de 8,5 millions de francs à répartir – ont constitué l’objet principal de l’ordre du jour.

Communiqué de presse du 4 décembre 2015



Etape franchie pour la Conférence centrale et la Conférence des évêques

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 26 et 27 juin 2015 à Muri (AG)

A l’instar de la Conférence des évêques suisses, la Conférence centrale de l’Eglise catholique romaine de Suisse a donné son accord à un nouveau contrat régissant leurs liens de collaboration dans le domaine de l’organisation et du financement des tâches accomplies par l’Eglise à l’échelon de la Suisse et des régions linguistiques. En outre, une augmentation de 3% des contributions versées par les organisations ecclésiastiques cantonales a été décidée. Enfin, la Conférence centrale soutiendra la commémoration des «600 ans de Nicolas de Flüe» en 2017 par un subside important et prendra une part active à des projets œcuméniques lancés pour les 500 de la Réforme.

Communiqué de presse du 29 juin 2015

«Kirchliche Aufgaben gesamtschweizerisch angehen»
Interview avec Daniel Kosch préalablement à l’assemblée plénière des 26 et 27 juin 2015 à Muri (AG)



Pas de deux du pape François avec l’Eglise

Communiqué de presse concernant l’assemblée plénière de la Conférence centrale des 20 et 21 mars 2015 à Emmetten (NW)

L’assemblée plénière de la Conférence centrales’est réunie les 20 et 21 mars 2015à Emmetten (NW), soit exactement deux ans ou presque après l’entrée en fonction du pape François. Or, le thème choisi pour la partie de la rencontre réservée à une réflexion plus approfondie portait justement sur l’action du souverain pontife. Quant à la séance statutaire, elle a été consacrée principalement à des sujets d’ordre financier et à celui de la collaboration avec la Conférence des évêques.

Communiqué de presse du 29 mars 2015



Filtro