Menu
Details 

En réalité, quelle mission remplit l’institut d’éthique sociale «ethik 22»?

Portrait d’institutions soutenues par le cofinancement CES-Conférence centrale

Thomas Wallimann, vous dirigez depuis 2017 l’institut d’éthique sociale «ethik 22» qui a succédé au «Sozialinstitut der KAB ». Qu’est-ce qui a conduit à cette transformation et pourquoi avoir choisi le nom d’«ethik 22»?

Durant des années, l’organisation KAB Schweiz s’est interrogée sur son avenir. Pour elle, la doctrine sociale de l’Eglise, sa préoccupation première, devait absolument s’attacher de près aux questions sociétales d’aujourd’hui. Une vision jugée indispensable également parce que, malgré le besoin auquel il répond, le travail de réflexion éthique, notamment sous l’angle chrétien, n’est guère perceptible pour le public. Dès lors, l’assemblée des délégués de la KAB a décidé, au printemps 2016, de doter l’institut social d’un statut autonome et de placer celui-ci sous l’égide d’une nouvelle association de soutien. En janvier 2017, l’institut a été rebaptisé «ethik 22», le chiffre 22 étant une allusion à «Catch 22», un roman décrivant des situations caractérisées par des dilemmes exigeant une réflexion éthique.

Qu’est-ce qui figurera en gros caractères dans l’agenda d’«ethik 22» au cours du prochain semestre?

Nous ambitionnons d’éditer un numéro d’«ethik 22 - das Magazin» conjointement avec une organisation partenaire. Notre revue et notre newsletter électronique gratuite axée sur les votations fédérales sont des instruments visant à faire partager des points de vue d’éthique sociale sur des sujets d’actualité. Il va de soi aussi que nous visons à gagner de nouveaux abonnés à nos publications.

Avez-vous le sentiment que vous pourrez réaliser avec succès vos plans pour les trois années à venir et atteindre tous vos objectifs? Qu’est-ce qui aura évolué? A quoi vos groupes cibles remarqueront-ils que quelque chose a changé?

Grâce à «ethik 22» et au dialogue qu’il ouvre sur la morale, le réseau des personnes actives dans les mondes de la politique, de l’économie et de l’Eglise et qui sont susceptibles de développer leurs propres vues éthiques sur des questions de société est appelé à s’élargir. Toujours plus d’individus découvrent que, malgré la complexité des choses et la rapidité avec laquelle elles changent, nous pouvons trouver ensemble des réponses à nos interrogations.

Quel rôle joue le bénévolat au sein d’«ethik 22»? Que faites-vous pour le favoriser? Quelles charges supplémentaires seraient engendrées si vous deviez rémunérer le travail volontaire?

«ethik 22» n’existerait pas sans le bénévolat, lequel équivaut à plus de CHF 80'000.- par an. Au-delà de charges liées aux activités du comité, les frais de l’institut sont engendrés principalement par la communication (newsletter, magazine), des honoraires dus aux auteurs et invités ainsi que par des prestations de tiers dans les domaines de la stratégie et de la communication.

Vous recevez chaque année du cofinancement CES-Conférence centrale un subside destiné à couvrir vos frais d’exploitation. Quelles prestations fournissez-vous à l’Eglise en contrepartie?

Le cofinancement de la Conférence centrale représente 55% du financement d’«ethik 22». Plus de 60% des prestations de ce dernier sont fournies à la demande d’institutions ecclésiales. «ethik 22» compte au nombre des rares organisations qui, en tant qu’associations, s’attèlent à concrétiser et à développer la doctrine sociale de l’Eglise en dialogue avec les personnes concernées, à le faire dans une langue compréhensible, et ce, également à l’intention de cercles extérieurs à l’Eglise.

Si, en tant qu’institution, vous aviez un vœu à exprimer aux membres de la Conférence des évêques suisses, en quoi consisterait-il?

PPour maintenir la tradition éthico-sociale de l’Eglise à l’avenir, nous aurons besoin de créer des postes confiés à des jeunes chercheurs en éthique sociale et aspirant à mettre à profit et en œuvre leur savoir. C’est pourquoi un soutien, notamment financier, de la formation, de projets et d’organisations actives dans le domaine de l’éthique sociale est important.

Fiche signalétique de l’institution 

Année de fondationDécembre 2016
Principales prestations

 

  • Formation: exposés, cours et ateliers
  • Diffusion de messages: publication de prises de position sur des sujets d’actualité
  • Activités de conseil: entretiens, ateliers, analyses d’options pour des actions

 

Membre du personnel le plus âgé54 ans 
Membre du personnel le plus jeune33 ans
Participation du cofinancement au budget global55 %
Lien Internetwww.ethik22.ch