Menu
Eglise et droit » Actualités 

La reconnaissance de nouvelles communautés religieuses sera soumise au vote populaire

Le référendum lancé par le PLR et l’UDC contre la loi neuchâteloise sur la reconnaissance des communautés religieuses a abouti et a été déposé ce jeudi à la Chancellerie d’Etat.

Lancé au début du mois de septembre, dans la foulée du vote du Grand Conseil, le référendum contre la nouvelle loi neuchâteloise sur la reconnaissance des communautés religieuses a abouti. 4930 signatures ont été déposées jeudi après-midi à la Chancellerie d’Etat par les deux partis à l’origine de ce référendum, l’UDC et le PLR.

Le dernier mot au peuple

Si ces deux partis ne sont pas complètement opposés à une reconnaissance de nouvelles communautés religieuses par l’Etat (après l’Eglise réformée évangélique, l’Eglise catholique romaine et l’Eglise catholique chrétienne), ils souhaitent que chaque reconnaissance d’intérêt public puisse faire l’objet d’un référendum facultatif pour laisser le dernier mot au peuple. Une position combattue par la gauche du Grand Conseil. Celle-ci a refusé d’introduire ce possible vote populaire.

«Le peuple neuchâtelois aura donc l’opportunité de se prononcer et de dire clairement s’il souhaite avoir son mot à dire sur la reconnaissance de nouvelles communautés religieuses et les conséquences induites par cette reconnaissance (prélèvement impôts, accès aux écoles, etc.)», explique le comité référendaire PLR-UDC baptisé «Religions, la parole au peuple».

La votation populaire devrait être organisée le 13 juin prochain, en lien avec les objets fédéraux.

(Nicolas Willemin, Arcinfo, 25.03.2021)



«A chacun de jouer sa partition» – les clés de la coopération dans le système dualiste

Document de référence pour une coordination adéquate et efficace des décisions relevant de la pastorale et de celles de nature financière dans le système dualiste.

Les tiraillements entre «l’argent et l’esprit» et l’existence parallèle d’autorités de droit public ecclésiastique et de responsables pastoraux constituent un défi permanent à relever à tous les niveaux, des petites paroisses/communes ecclésiastiques aux corporations de droit public ecclésiastique et aux diocèses de grande taille, mais aussi à l’échelon de la Conférence centrale et de la Conférence des évêques. La Conférence centrale a approuvé les recommandations émises par sa Commission du droit public ecclésiastique et du droit régissant la religion et en a autorisé la publication. Elles doivent contribuer à ce que les décisions des deux parties soient coordonnées et prennent en compte leurs rôles et compétences respectifs. Le titre «A chacun de jouer sa partition» est emprunté au monde de la musique: un orchestre ou un chœur est harmonieux lorsqu’on joue sa propre mélodie tout en écoutant les autres.

Document de référence «A chacun de jouer sa partition»



Le droit change-t-il avec l’évolution de la société?

Publication en ligne d’interventions se rapportant au droit public ecclésiastique et au droit régissant la religion.

Une documentation consacrée aux initiatives, projets législatifs et rapports publiés à propos du droit public ecclésiastique et du droit régissant la religion est désormais à disposition en ligne. Celle-ci a été mise au point sous la direction du Prof. René Pahud de Mortanges, titulaire de la chaire d'histoire du droit et de droit des religions à l’Université de Fribourg. Cet inventaire, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, met en évidence les tendances et évolutions révélées par les interventions parlementaires en lien avec la religion enregistrées ces dernières années.

Collection d'interventions et rapports relatives au droit ecclésiastique et au droit des religions



Genève a une nouvelle loi sur la laïcité

Les citoyens genevois approuvent la loi sur la laïcité de l’Etat (LLE).

lire la suite...

Fondations ecclésiastiques

Nouveau régime juridique des fondations ecclésiastiques - Informations et recommandations à l’intention des membres de la Conférence centrale

lire la suite...